«Les migrants essaient d'attaquer les policiers» : la TV hongroise évoque des «no-go zones» à Paris

«Les migrants essaient d'attaquer les policiers» : la TV hongroise évoque des «no-go zones» à Paris © Christian Hartmann Source: Reuters
Vue sur l'obélisque Louxor et la tour Eiffel depuis la place de la Concorde, à Paris (illustration)
Suivez RT France surTelegram

Dans une séquence tirée de la télévision publique hongroise, épinglée par Quotidien, deux personnes décrites comme des experts se livrent à une analyse pour le moins dramatique de supposées «no-go zones» en Europe – et, notamment, à Paris.

Le 6 avril, l'émission Quotidien sur TMC a rapporté que, lors d'un débat télévisé sur une chaîne publique hongroise, des «experts de no-go zones européennes» se sont inquiétés de l'existence d'endroits «où on ne peut plus aller sans se faire agresser». La capitale française, entre autres, est pointée du doigt.

«Avec cette arrivée massive de migrants, il y a des no-go zones en Europe», affirme l'une des deux personnes présentes sur le plateau. «Oui et la criminalité explose dans ces zones», surenchérit l'autre. La discussion étant davantage un réquisitoire contre l’immigration qu'une confrontation de points de vue, les arguments montent alors d'un cran, allant parfois jusqu'à l'exagération. D'ailleurs, la France a été au cœur de leurs échanges – toujours selon la traduction fournie par Quotidien. «En France, les migrants essaient d'attaquer les policiers et ils incendient les voitures», poursuit l'un des «experts».

«De Montmartre à la Gare du Nord, on ne croise presque pas de Blancs», assure son allocutaire. Cette analyse de la question migratoire a un objectif patent selon Quotidien : promouvoir la politique anti-immigration de Viktor Orban, Premier ministre hongrois en lice pour un troisième mandat consécutif. Le gouvernement hongrois dénonce régulièrement l'immigration extra-européenne sur le continent européen et l'insécurité qui lui serait liée – il  avait d'ailleurs listé «900 zones de non droit» en Europe, dont en France, en 2016.

Mais ces propos peuvent également rappeler le traitement du sujet par la chaîne américaine Fox News ou le tabloïd britannique Daily Express. Le journaliste de Fox News Nolan Peterson, présenté comme «spécialiste des zones de conflit», avait ainsi comparé le 10 janvier 2015, à l’antenne, les supposées «zones de non-droit» parisiennes à des endroits en Afghanistan, en Irak et au Cachemire... Daily Express, quant à lui, conseillait, en décembre 2015, à ses ressortissants d'éviter Paris, Toulouse, Grenoble ou encore la Corse, qu'il présentait comme des «foyers de terrorisme».

Lire aussi : Affaire des « no go zones » : la mairie de Paris va porter plainte contre Fox News (VIDEO)

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix