Migrants : «900 zones de non droit» en Europe, dont en France, selon le gouvernement hongrois

Migrants : «900 zones de non droit» en Europe, dont en France, selon le gouvernement hongrois

Le gouvernement hongrois a lancé sa campagne du «non» au référendum sur les quotas de réfugiés dans l'UE avec un site internet évoquant les terroristes «déguisés» en migrants, et indiquant qu'il arrive en Europe «un migrant toutes les 12 secondes».

Selon le site internet destiné à informer la population hongroise en vue du référendum, dans plusieurs capitales européennes dont Paris, Londres, Stockholm ou Berlin figurent quelques-unes de ces «no go zones» dans lesquelles résident «un nombre important d'immigrés», où les autorités ont «peu ou pas de contrôle» et «les normes du pays hôte ont du mal à prendre le dessus».

Dans un contexte d'une menace terroriste toujours croissante, le site lancé par le gouvernement souligne que «force est de constater que les migrants viennent principalement de pays et de régions où certains Etats européens mènent des opérations militaires».

De plus, avance ce site, il est vérifié que des terroristes profitent du flux migratoires pour se fondre dans la masse des réfugiés.

Autre inquiétude, cette fois concernant l'identité de chaque pays, c'est que «ces quotas vont apporter des changements considérables à [notre] pays sur le plan ethnique, culturel et religieux. Si on n'agit pas on risque d’ici quelques dizaines d'années de ne plus reconnaître l'Europe telle qu'on la connaissait».

Sur l'initiative du gouvernement conservateur de Viktor Orban, la Hongrie va tenir, quelque part entre août et décembre, un référendum sur le plan européen de réinstallation des réfugiés dans les pays membres de l'UE, auquel le Premier ministre est opposé.

Il sera demandé aux Hongrois de répondre, lors du référendum, à la question suivante : «Voulez-vous que l'Union européenne décrète une relocalisation obligatoire de citoyens non-hongrois en Hongrie sans l'approbation du parlement hongrois ?»

Pour que le référendum soit valable, il faudra toutefois que la participation atteigne 50% parmi les huit millions de citoyens hongrois.

Depuis automne 2015, la Hongrie, la Serbie, la Pologne et la Croatie se sont montrés hostile aux décisions européennes concernant la relocalisation des migrants et certains ont pris l’initiative de monter des clôtures barbelés le long de leurs frontières. Varsovie est allé jusqu'à dire, à la suite des attentats de Bruxelles, qu'elle refusait désormais d'accueillir des migrants sur son territoire.

Lire aussi : Viktor Orban : «La majorité de l’Europe pense que le monde doit exister sans identité nationale»

Face à l'afflux de réfugiés qui frappe les pays européens, les ministres de l'Intérieur de l'Union avaient voté à la majorité l'adoption de quotas obligatoires de migrants par pays, afin de répartir les nombreux demandeurs d'asiles qui atterrissent principalement en Grèce ou en Italie.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»