Scandale : des photos de soldates américaines dénudées massivement diffusées sur le net

Scandale : des photos de soldates américaines dénudées massivement diffusées sur le net © Kim Kyung-Hoon Source: Reuters
(Image d'illustration)

Vice News révèle qu'un dossier contenant des centaines de photos explicites de femmes, appartenant à des corps de l'armée américaine, circule actuellement sur internet sans leur consentement. Un groupe Facebook, qui diffusait ce contenu, a été fermé.

Les femmes sur les photos circulant sur internet, sans leur consentement – certaines torse nu, d'autres entièrement dévêtues –sont facilement identifiables et appartiennent à toutes les branches de l'armée américaine. Le scandale, révélé par le site Vice News le 9 mars, risque d'ébranler une nouvelle fois l'institution militaire.

Au cœur de l'affaire : un dossier Dropbox, appelé Hoes Hoin, relayé sur le net et contenant 267 images. Pour Vice News, il s'agit du «dernier exemple d'un problème, toujours d'actualité, de "revenge porn" et de harcèlement en ligne au sein de l'armée américaine». Certaines de ces photographies dévoilent les visages des femmes ainsi exposées, d'autres montrent leurs plaques militaires, d'autres encore révèlent leurs insignes.

Certaines photos sont des selfies, d'autres sont clairement prises par une autre personne. Certaines montrent même des femmes réalisant des actes sexuels. Figurent, enfin, des collages mettant côte à côte la photographie d'une militaire en uniforme et celle de la même femme, nue.

D'après Vice News, le lien Dropbox a fait son apparition il y a environ deux semaines sur un groupe Facebook fermé et exclusivement masculin, appelé Blame Marines United. Il s'agit de l'une des nombreuses pages ayant vu le jour, lorsque le groupe Facebook Marines United avait été fermé en mars 2017, après un précédent scandale du même type. Certains des administrateurs du nouveau groupe se trouvaient d'ailleurs être d'anciens administrateurs de la page Marines United.

Facebook a fermé la page Blame Marines United ce 6 mars, après la dénonciation d'Erin Kirk Cuomo, vétéran du corps des Marines et cofondatrice de #NotinmyMarineCorps, un collectif de défense contre les harcèlements et abus sexuels dans l'armée. Erin Kirk Cuomo interpelle d'ailleurs la direction des US Marines sur Twitter. Elle lui demande ainsi «d'être responsable», en surveillant l'activité de ses membres sur les réseaux sociaux. Elle s'est également dit frustrée par l'incapacité de l'armée à identifier et à fermer les groupes fermés où sont diffusés des photos de nus. «Ils ne peuvent pas s'asseoir deux heures dans un bureau par jour pour voir ce qu'il se passe ?», s'est-elle offusquée, citée par Vice News.

Malgré la fermeture du groupe Blame Marines United sur Facebook, Vice News rapporte que le lien vers le dossier Dropbox continue d'être partagé dans d'autres forums en ligne. Aussi, selon le site, n'importe qui possédant encore le lien peut accéder aux photos et les télécharger.

La répétition d'un scandale similaire de 2017

Après le scandale de Marines United, l'année dernière, qui avait vu le partage par leurs collègues de sexe masculin de milliers de photos de recrues nues et de vétérans de sexe féminin, le corps des US Marines avait reçu 18 millions de dollars (environ 14,6 millions d'euros) pour s'attaquer à la misogynie dans ses rangs, selon le Military Times. En décembre 2017, le Congrès américain avait fait du partage non-consenti de photos de nus une infraction criminelle dans l'armée.

Réagissant au dernier scandale, la porte-parole du Pentagone, le général Carla Gleason, a déclaré  que le ministère de la Défense continuait «de surveiller et d'évaluer le paysage des réseaux sociaux». «Le défi demeure de sensibiliser et d'identifier les victimes de cyber-intimidation et de cyber-harcèlement, ainsi que d'identifier les personnes qui commettent ces infractions», a-t-elle assuré.

Lire aussi : Okinawa : un soldat américain condamné à la perpétuité pour le viol et le meurtre d'une Japonaise

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter