Okinawa : un soldat américain condamné à la perpétuité pour le viol et le meurtre d'une Japonaise

Okinawa : un soldat américain condamné à la perpétuité pour le viol et le meurtre d'une Japonaise© Ted Aljibe Source: AFP
Drapeaux japonais et américain
Suivez RT France surTelegram

Un ex-membre du corps des Marines a été condamné à la prison à vie pour le viol et le meurtre d'une Japonaise en 2016. Cette affaire ravive l'opposition de la population d'Okinawa à la présence des quelque 47 000 soldats américains au Japon.

Un ancien militaire américain a été reconnu coupable ce 1er décembre du viol et du meurtre d'une Japonaise de 20 ans l'an dernier à Okinawa (sud-ouest du Japon), et condamné à la prison à perpétuité, selon les médias nippons.

Agé de 33 ans, l'accusé, un ex membre du corps des Marines qui travaillait au moment des faits en tant qu'employé à la base aérienne de l'US Air Force de Kaneda à Okinawa, avait été arrêté au printemps 2016 par la police japonaise. Lors de son procès, qui s'est ouvert mi-novembre à Okinawa, Kenneth Franklin Shinzato a reconnu avoir agressé sexuellement Rina Shimabukuro, mais a nié l'avoir tué intentionnellement.

Selon le parquet, dont les réquisitions ont été suivies par les juges, il a étranglé la jeune femme de ses mains puis l'a poignardée au cours de l'agression, qui a eu lieu au bord d'une route de l'île. Il y a quelques mois, le père de Rina Shimabukuro avait fait savoir dans un communiqué que la famille de la victime espérait une condamnation à la peine de mort. «Nous pensons à elle et nous prions pour son âme tous les jours. Nous ne pouvons pas pardonner», avait notamment déclaré le père de la victime.

Les crimes à répétition des soldats américains au Japon

Cette affaire, très médiatisée dans le pays, avait intensifié l'opposition de la population d'Okinawa à la présence massive de l'armée américaine dans ce petit archipel du Pacifique, qui accueille plus de la moitié des 47 000 soldats américains stationnés au Japon. En juin 2016, les Etats-Unis avaient annoncé que leurs soldats stationnés sur Okinawa seraient confinés à leur base et privés d'alcool.

Des cas répétés de viols, agressions ou encore accidents de la route en état d'ivresse impliquant des membres de l'armée américaine à Okinawa accentuent régulièrement la colère des habitants, qui ont déjà manifesté à de nombreuses reprises pour exiger le départ des Américains. Le dernier fait divers en date est survenu il y a moins de deux semaines, un membre du corps des Marines ayant été responsable d'un accident de la route à Okinawa alors qu'il conduisait un camion, en état d'ivresse. Un Japonais de 61 ans est mort dans la collision.

A Okinawa, l'opposition à la présence militaire américaine, très majoritaire parmi la population, constitue l'un des sujets politiques majeurs depuis plusieurs décennies. Le gouverneur de la province, Onaga Takeshi, s'oppose frontalement au Premier ministre japonais, Shinzo Abe, favorable à la construction d'une nouvelle base américaine sur l'archipel et partisan d'une remilitarisation du pays, dont la constitution précise pourtant qu'il «renonce à jamais à la guerre». Plus de 35 000 militaires américains sont présents au Japon, l'archipel constituant l'un des points stratégiques du Pacifique pour les Etats-Unis, notamment pour endiguer l'influence chinoise et surveiller les activités nord-coréennes.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix