Le chef d'Al-Qaïda appelle les Maghrébins à attaquer les soldats français au Sahel

Le chef d'Al-Qaïda appelle les Maghrébins à attaquer les soldats français au Sahel© SITE Intelligence Group Source: AFP
Le chef d'Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri

Selon le Centre américain de surveillance des sites djihadistes (Site), le chef d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, a appelé, dans un message vidéo rendu public le 6 mars, les musulmans du Maghreb à attaquer les soldats français présents au Sahel.

Dans un message vidéo rendu public le 6 mars par le Centre américain de surveillance des sites djihadistes (Site), Ayman al-Zawahiri, chef du groupe terroriste Al-Qaïda, a enjoint aux Maghrébins de combattre les soldats français au Sahel en faisant un parallèle avec la présence française en Afrique durant la période coloniale : «Ceux qui ont combattu, tué et pourchassé vos pères sont de retour pour tuer vos frères musulmans […] et vous rappeler que vous restez sous leur occupation et leur oppression.» Par ailleurs, il a critiqué le printemps arabe en estimant que «l’ancienne corruption [était] revenue, mais plus féroce […] qu’avant».

Ce n’est pas la première fois que l’ancien bras droit d’Oussama Ben Laden menace directement la France. En septembre dernier, il avait appelé les musulmans du Maghreb et d'Afrique subsaharienne à donner «une leçon aux Français» en faisant une énième fois référence au passé colonial de l’hexagone.  

Une énième menace dans un contexte sécuritaire très sensible

Alors que la France est présente dans le Sahel avec 4 000 soldats dans le cadre de l’opération Barkhane, la situation sécuritaire dans la région demeure délétère. En effet, l’instabilité politique et économique de certains pays comme la Libye ou le Mali profitent aux organisations djihadistes qui ont pu s'adonner à différents trafics et kidnappings pour financer leurs opérations. 

Si elles ont été défaites sur le territoire algérien, Al-Qaïda et ses différentes ramifications ont réussi à se replier dans le Sahel, zone faiblement contrôlée par les différents autorités, où elles intensifient désormais leurs opérations. La double-attaque perpétrée le 2 mars à Ouagadougou capitale du Burkina Faso, contre l’Etat-major et l’ambassade de France, ayant causé sept morts rappelle qu’elles ont conservé leur importante capacité de nuisance.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»