Tunisie : vague d'indignation après la diffusion d'images d'enfants autistes maltraités (VIDEO CHOC)

Tunisie : vague d'indignation après la diffusion d'images d'enfants autistes maltraités (VIDEO CHOC)© Capture d'écran de la vidéo du site essada.net
Image d'une éducatrice maltraitant un enfant autiste

La publication sur les réseaux sociaux d’une vidéo montrant des enfants autistes subissant des violences physiques dans un centre spécialisé en Tunisie a suscité une vive émotion dans tout le pays. Une enquête judiciaire a été ouverte.

Des enfants invectivés, humiliés, molestés : les images d’une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux le 18 février ont engendré une succession de réactions des internautes, partagés entre colère et tristesse. La vidéo, publiée par Rashed El Khiari, directeur du site tunisien Essada.net et à l’origine de l’enquête, a été tournée en caméra cachée dans un centre pour autistes d’Ariana, une banlieue du nord de Tunis.

Sur ces images, on peut voir deux femmes travaillant au sein de la structure, maltraiter des enfants apeurés et en larmes. Le signalement de ces abus fin janvier 2018 par des fonctionnaires du centre ont été à l’origine de l’enquête, comme le rapporte Rashed El Khiari au site de l'émission Les Observateurs de France 24 : «Nous avons donc décidé de munir une de nos sources d’une caméra cachée pour voir de nos propres yeux ce qu’il se passait. L’enquête a duré près de quinze jours et chaque jour réservait son lot de surprises.» Selon lui, certains parents ont porté plainte après avoir reconnu les éducatrices dans la vidéo.

En conséquence, le ministère public a ordonné le 19 février l’ouverture d’une enquête judiciaire. Dans un communiqué, le ministère de l’Intérieur tunisien a annoncé de son côté que trois femmes seraient poursuivies pour «torture, mauvais traitements sur mineurs et agression violente contre des enfants». La directrice du centre, Hela Chennoufi, a été arrêtée. Le même jour, une dizaine de personnes se sont rassemblées devant l'établissement afin de protester contre les violences subies par les enfants, comme le montrent les images suivantes, toujours relayées par Essada. 

De tels actes de violence ont déjà été signalés dans plusieurs établissements éducatifs à travers la Tunisie. Cette affaire a fait resurgir le débat sur les violences corporelles et l’incapacité de l’Etat à sévir contre les auteurs de maltraitances sur mineurs. 

Lire aussi : Maison de l'horreur découverte en Californie : 13 enfants séquestrés et torturés par leurs parents

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter