Syrie : Erdogan menace d'élargir l'offensive à d'autres villes et promet de «nettoyer» Minbej

Syrie : Erdogan menace d'élargir l'offensive à d'autres villes et promet de «nettoyer» Minbej© OZAN KOSE Source: AFP
Des soldats turcs qui prennent part à l'opération «Rameau d'Olivier» près de la frontière syrienne à Hassa, le 25 janvier

Recep Erdogan a prévenu que l'armée turque pourrait intervenir dans d'autres villes du nord de la Syrie afin d'éliminer toute présence de miliciens kurdes. Il a notamment mentionné la ville de Minbej, où sont postés des soldats américains.

Dans un discours télévisé le 26 janvier, le président turc Recep Tayyip Erdogan a évoqué la possibilité d'une extension de l'offensive lancée par l'armée turque en Syrie contre la ville d'Afrin, tenue par les Kurdes. Assurant vouloir éliminer toute présence de miliciens kurdes, le chef d'Etat turc a promis de «nettoyer» la ville de Minbej, située à une centaine de kilomètres à l'est d'Afrin.

Une opération qui pourrait mener à une confrontation directe avec les Etats-Unis, des soldats américains étant actuellement stationnés dans la ville de Minbej aux côtés de combattants de la milice kurde YPG (Unités de protection du peuple). Le président turc a par ailleurs laissé entendre que l'offensive pourrait se poursuivre au-delà de la ville de Minbej, affirmant qu'il ne voulait laisser «aucun terroriste jusqu'à la frontière irakienne».

Ankara a lancé le 20 janvier l'opération «Rameau d'Olivier» dans le Nord de la Syrie pour combattre les YPG, qu'elle accuse d'être la branche syrienne du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), qui mène une rébellion dans le sud-est de la Turquie et qu'elle considère comme un groupe terroriste.

Le 24 janvier, Washington, qui soutient les Kurdes en Syrie, avait pressé la Turquie de limiter son offensive sur Afrin. Après l'élimination de Daesh du territoire syrien, les belligérants restants courent de plus en plus le risque de se retrouver face à face.

Moscou avait de son côté exprimé sa préoccupation et appelé Ankara à la retenue suite au lancement de l'opération «Rameau d'Olivier», assurant suivre «attentivement le développement de la situation».

Lire aussi : Alors que la bataille fait rage à Afrin, Erdogan visite un poste de commandement turc à la frontière

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter