Macron au Niger avec les troupes françaises : retour ou retrait de la France en Afrique ?

Macron au Niger avec les troupes françaises : retour ou retrait de la France en Afrique ?© LUDOVIC MARIN / AFP
Emmanuel Macron au Niger

Peu avant Noël, le chef de l'Etat s'est rendu au Niger pour y rendre visite aux militaires français de l'opération Barkhane. Mais alors que de nombreux experts s'accordent à dire que Paris souhaite se désengager de la région, pourquoi cette visite ?

Le 22 décembre, Emmanuel Macron a fêté un pré-réveillon de Noël un peu particulier, en se rendant au Niger pour rendre visite aux centaines de soldats français déployés sur place. Il y a par ailleurs rencontré le président nigérien Mahamadou Issoufou. S'il a déclaré lors de son discours devant les militaires de l'opération Barkhane que le Sahel était «une priorité [où] se joue beaucoup de notre sécurité», qu'en est-il vraiment de l'engagement de la France dans cette région du monde ?

Pour Leslie Varenne, journaliste d'investigation et directrice de l'Institut de veille et d'étude des relations internationales et stratégiques (Iversis), «il apparaît clair que la France souhaite se désengager à terme de l'opération Barkhane, qui ne porte pas les fruits escomptés et qu'elle souhaite passer la main aux armées africaines des pays du G5 Sahel». Répondant aux questions de RT, l'experte remarque que «hormis le sommet Union africaine/Union européenne à Abidjan et la courte visite au Ghana, tous les voyages du président français ont lieu dans les pays du G5 Sahel», une initiative soutenue par Paris, visant à former d’ici à mi-2018 un contingent de 5 000 soldats de la région.

«C'est cette situation qui retient toute l'attention d'Emmanuel Macron et non pas une vraie volonté de revenir en Afrique», note Leslie Varenne, soulignant la présence dans la population des pays de la région d'un «vrai ressentiment anti-français, notamment depuis les interventions militaires de 2011 en Côte d'Ivoire et en Libye».

Le colonel en retraite Alain Corvez, également conseiller en stratégie internationale, note pour sa part que le dirigeant français se trouve face à un dilemme : «Emmanuel Macron découvre le problème africain, qu’il ne connaissait que sur des dossiers superficiels. Il veut décharger la France de cette lourde responsabilité [...] mais il découvre en même temps que nos liens avec ce continent sont trop forts pour ne pas s’impliquer.»

Avec l'initiative G5 Sahel d'une part, et en demandant d'autre part à l'Union européenne de s'impliquer davantage dans la région, Emmanuel Macron tenterait d'«alléger» la responsabilité de la France en Afrique, comme en témoigne sa remarque polémique au président du Burkina Faso, selon Alain Corvez.

«Désormais, dès qu’un problème émerge [en Afrique francophone], les dirigeants demandent l’aide de la France pour le résoudre et les oppositions dénoncent la "Françafrique". Le président Macron est intelligent et veut se débarrasser de ces accusations en laissant les dirigeants actuels gérer leurs problèmes, ce qu’ils n’ont pas les moyens de faire, ou en demandant à l’UE [...] de s’en charger, tout au moins financièrement», note encore le colonel.

Pour le journaliste français Hubert Coudurier, qui souligne que les Etats-Unis n'ont ni rejoint, ni soutenu l'opération Barkhane, lancée le 1er août 2014 à la suite de l'opération Serval afin de lutter contre les groupes armés djihadistes dans la région du Sahel, l'aspect économique ne doit pas être négligé.

«Le problème de la France dans la région, c'est le financement. Nous n'avons pas les moyens de payer pour des opérations en dehors de la France. Donc les politiques de Macron sont actuellement uniquement dirigées vers la France», note-t-il.

Un coup de communication ?

Mais pourquoi, si la France souhaite se désengager progressivement de la région, rendre une visite symbolique aux troupes françaises au Niger ?

«Les derniers voyages d'Emmanuel Macron démontrent que sa politique internationale est purement une question de communication : aucune influence sur les conflits syrien, palestinien ou ukrainien. Donc il est très commode pour lui de s'envoler pour l'Afrique et de se présenter comme quelqu'un d'important faisant la leçon aux leaders africains», fait remarquer Xavier Moreau, journaliste et analyste politique interrogé par RT.

«La France est obligée de développer les pays africains si nous ne voulons pas connaître une invasion massive que ni une armée ni la police ne pourront empêcher. Emmanuel Macron a tenu des discours durs ces dernières semaines pour séduire l'électorat français de droite mais jusqu'à maintenant toutes ses initiatives n'ont mené à rien [...] Donc il est trop tôt pour dire si la politique africaine de Macron se révélera être plus qu'un simple effort de communication», conclut-il.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.