Le cerveau du tueur de Las Vegas sera disséqué et analysé

Le cerveau du tueur de Las Vegas sera disséqué et analysé© Handout Source: Reuters
Stephen Paddock, le sexagénaire qui a tiré dans la foule à Las Vegas le 1er octobre.

Stephen Paddock s'est suicidé après avoir tué 58 personnes en tirant depuis une fenêtre du Mandalay Bay Hotel, à Las Vegas. Si l'attaque a été revendiquée par Daesh, son cerveau va être analysé par un neurologue pour tenter d'expliquer le geste.

Un mois après la tuerie de Las Vegas survenue le 1er octobre, qui a fait 58 morts et quelque 500 blessés, les enquêteurs sont toujours aussi démunis quant au mobile du tireur, Stephen Paddock, 64 ans.

Selon une information du New York Times, le docteur Hannes Vogel, directeur du service de neuropathologie à l'hôpital universitaire de Stanford (Etats-Unis), va procéder à une analyse minutieuse des tissus du cerveau du tueur afin de déterminer s'il souffrait d'une tumeur ou d'une malformation qui pourrait expliquer son geste.

De lourds dégâts causés par le suicide du sujet, mais le cerveau reste analysable

Cette autopsie approfondie permettra également d'évaluer l'état de santé général de Stephen Paddock avant sa mort : maladie de sang, attaque cérébrale, trauma, infection, épilepsie ou maladie dégénérative... Comment expliquer le passage à l'acte du tueur sexagénaire ? 

Selon le New York Times, le docteur Vogel dit avoir été informé de l'étendue des dégâts subis par le cerveau de Stephen Paddock lors de son suicide par balle, mais le neurologue considère toutefois que l'organe est toujours analysable, «sous réserve de l'observation».

Daesh avait dans un premier temps revendiqué l'attentat de Las Vegas, mais plusieurs dignitaires américains, dont un responsable du FBI, avaient déclaré qu'ils n'avaient constaté «aucune connection» entre Stephen Paddock et l'Etat islamique.

L'hypothèse de troubles psychologiques antérieurs avait alors été évoquée.

Lire aussi : Las Vegas : le Congrès dément le lien terroriste, la femme du tueur n'a «rien vu venir»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»