Washington menace Pyongyang de «réaction militaire massive» en cas d'emploi de l'arme nucléaire

- Avec AFP

Washington menace Pyongyang de «réaction militaire massive» en cas d'emploi de l'arme nucléaire© s Edgard Garrido Source: Reuters
Le secrétaire américain à la Défense, James Mattis.

Le secrétaire américain à la Défense James Mattis a prévenu le 28 octobre que la Corée du Nord s'exposerait à une «réaction militaire massive» si elle utilisait l'arme nucléaire. Une énième expression des tensions entre Washington et Pyongyang.

«Toute attaque contre les Etats-Unis ou contre nos alliés sera vaincue», a assuré le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, le 28 octobre, alors qu'il était en visite en Corée du Sud, l'alliée des Etats-Unis. «Tout usage d'armes nucléaires par [la Corée du] Nord suscitera une réaction militaire massive, efficace et écrasante», a poursuivi le responsable américain, lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue sud-coréen Song Young-Moo à Séoul.

Washington «n'accepte pas une Corée du Nord nucléaire», a également rappelé le secrétaire à la Défense.

James Mattis n'a pas spécifié quel type d'usage de l'arme nucléaire entraînerait une réaction militaire américaine. Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères Ri Yong-Ho avait déclaré en septembre, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, que son pays pourrait tester une bombe nucléaire au-dessus de l'océan Pacifique.

Lire aussi : «Sur le chemin de la Troisième Guerre mondiale», Trump perd un soutien important dans son camp

Une tension qui ne retombe pas

La tension reste très élevée dans la péninsule coréenne depuis que Pyongyang a effectué son sixième essai nucléaire et procédé à plusieurs tests de missiles balistiques théoriquement capables d'atteindre le territoire continental des Etats-Unis. Le numéro un nord-coréen Kim Jong-un et le président américain Donald Trump ont régulièrement échangé des menaces guerrières verbales et des insultes personnelles.

En outre, une déclaration énigmatique du locataire de la Maison Blanche, affirmant début octobre qu'il n'y avait «qu'une seule chose qui marchera[it]» avec la Corée du Nord, a relancé les spéculations sur la possibilité d'un conflit armé.

Donald Trump doit effectuer sa première visite présidentielle en Corée du Sud les 7 et 8 novembre prochains, dans le cadre d'une tournée asiatique qui le mènera aussi au Japon, en Chine, au Vietnam et aux Philippines. Le président des Etats-Unis doit notamment prononcer un discours devant le Parlement sud-coréen et visiter une base militaire américaine.

Lire aussi : Quand les habitants de Séoul découvrent des flyers anti-Trump d'une rare violence (IMAGES)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.