Attentats en Espagne : perquisition chez un imam, la chasse à l'homme se poursuit

- Avec AFP

Attentats en Espagne : perquisition chez un imam, la chasse à l'homme se poursuit
Un membre de la police autonome catalane le 18 août 2017 à Ripoll, photo ©PAU BARRENA / AFP

La police espagnole recherche activement un Marocain qui pourrait être le conducteur de la fourgonnette de l'attentat de Barcelone. La ville de Ripoll, base arrière probable des terroristes, est toujours dans le collimateur des forces de l'ordre.

En Espagne, la traque s'intensifie après le double attentat qui a fait 14 morts et plus d'une centaine de blessés en Catalogne. Younès Abouyaaqoub, un Marocain de 22 ans dont la photo a été diffusée, est notamment recherché par toutes les polices du pays. Selon les médias espagnols, il pourrait s'agir du conducteur de la camionnette qui a fauché des passants sur les Ramblas de Barcelone et tué 13 personnes le 17 août 2017. La police se refuse toutefois à confirmer, répétant que le conducteur de la camionnette n'a toujours pas été identifié.

La police a établi que la plupart des membres de la cellule djihadiste impliquée dans les attentats étaient en lien avec la petite ville catalane de Ripoll, base arrière présumée. C'est là que, selon l'AFP, la maison d'un imam a été perquisitionnée le 19 août  dans la matinée. D’après El Pais, qui cite des sources policières, l’imam, du nom d'Abdelbaki Es Satty, pourrait avoir été tué dans l’explosion à Alcanar le 16 août, la veille des attaques terroristes de Barcelone et de Cambrils, dans une maison remplie de bonbonnes de gaz, où le groupe tentait de confectionner des engins explosifs.

Le chef de la police catalane Josep Lluis Trapero avait fait savoir dès le 17 août que l'explosion de cette planque étaient possiblement en lien avec les attentats. Les terroristes, à la suite de l'explosion accidentelle, auraient dû se rabattre sur un mode opératoire plus rudimentaire – et donc utiliser l'attaque au véhicule-bélier.

C'est aussi à Ripoll que trois suspects ont été arrêtés et qu'habitaient trois des morts identifiés le 18 août : Moussa Oukabir, 17 ans ; Saïd Aallaa, 18 ans, et Mohamed Hychami 24 ans, tous trois Marocains.

Lire aussi : EN CONTINU: Attentats de Catalogne : les hommages aux victimes se multiplient, l'enquête se poursuit

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.