Berlin et Vienne exhortent les Etats-Unis à revoir leurs nouvelles sanctions anti-russes

Berlin et Vienne exhortent les Etats-Unis à revoir leurs nouvelles sanctions anti-russes© AFP Source: AFP
L'ambassade russe à Berlin
Suivez RT France surTelegram

Après l'adoption par le Sénat américain de nouvelles sanctions antirusses, Vienne et Berlin ont demandé à Washington de corriger ces dernières, afin qu'elles ne nuisent pas aux relations entre l'UE et la Russie dans le domaine énergétique.

Le chancelier autrichien Christian Kern (SPO) et le ministre des Affaires étrangères allemand Sigmar Gabriel (SPD) ont annoncé le 15 juin dans un communiqué qu'ils saluaient le nouveau projet de loi sur les sanctions anti-russes voté la veille par le Sénat des Etats-Unis.

Mais, s'ils voient d'un œil bienveillant les sanctions «politiques» contre Moscou, Berlin et Vienne condamnent en revanche «toute action économique envers les infrastructures énergétiques russes». la Russie est en effet le principal fournisseur de pétrole et de gaz naturel de l'Union européenne (UE), selon le Sénat français.

Ainsi, les auteurs du communiqué commun abondent dans le sens du Sénat américain en début de déclaration, rappelant que l'UE condamnait fermement «l'annexion illégale de la Crimée par la Russie et les actions de Moscou dans l'Est de l'Ukraine», et qu'une «action ferme et conjointe» des Etats-Unis et de l'UE pour résoudre le conflit en Ukraine était dans leur intérêt commun.

Toutefois, le ton change radicalement au paragraphe suivant : «Nous ne pouvons accepter, cependant, la menace de sanctions extraterritoriales illégales contre des entreprises européennes qui participent au développement de l'offre européenne d'énergie ! [...] Les sanctions politiques ne devraient en aucun cas empiéter sur les intérêts économiques !»

Berlin et Vienne semblent ainsi s'inquiéter sérieusement des menaces pesant sur les entreprises européennes impliquées dans des projets énergétiques avec la Russie, tel celui de Nord Stream II.

«Cela [les sanctions dans le domaine énergétique] met en jeu la compétitivité de notre industrie et des milliers d'emplois. Nous appuyons donc fermement les efforts déployés par le département d'Etat américain afin de modifier ce projet de loi», poursuit le communiqué.

«L'approvisionnement énergétique de l'Europe est une question européenne qui ne concerne en rien les Etats-Unis d'Amérique. C'est à nous [les pays européens] et non aux Etats-Unis de décider de qui nous livre notre énergie et de quelle façon», ont fait savoir de façon très claire les auteurs du document, qui appellent dont expressément Washington à «ne pas mélanger les intérêts politiques et économiques». 

Le 14 juin, les sénateurs américains se sont prononcés à une écrasante majorité (97 voix contre 2) pour une nouvelle salve de sanctions antirusses. 

La mesure inscrirait dans la loi les sanctions imposées par décret par Barack Obama, notamment contre l'industrie énergétique russe, et frapperait également des personnalités russes «corrompues», «impliquées dans des violations graves des droits de l'homme» ou encore fournissant des armes au gouvernement du président syrien Bachar el-Assad.

Lire aussi : Le candidat au poste de chef du renseignement américain adopte une position dure contre la Russie

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix