Le candidat au poste de chef du renseignement américain adopte une position dure contre la Russie

Le candidat au poste de chef du renseignement américain adopte une position dure contre la Russie© James Lawler Duggan Source: Reuters
Candidat au poste du chef du renseignement américain, Dan Coats

L’ancien sénateur républicain de l’Indiana, Dan Coats, nommé candidat au poste de directeur du renseignement américain par Donald Trump, a de nouveau annoncé son intention d’éduquer les Américains sur «la menace russe».

«L’ingérence russe dans les affaires internationales est quelque chose que je regarde avec une grande inquiétude», a déclaré le candidat au poste du chef du renseignement américain, Dan Coats, lors de l’audience pour la validation de sa candidature devant le Comité du renseignement du Sénat le 28 février.

Il a aussi précisé qu’il ne doutait pas que la Russie, étant «une menace mondiale», ait «essayé de s'ingérer» dans les élections présidentielles américaines. 

«Je pense qu'il faut enquêter sur certaines choses. […] La Russie a une longue histoire de propagande et tente d’influencer les cultures et les élections dans d’autres pays. Cela arrive. Il semble que Moscou fait des progrès dans son jeu», a-t-il poursuivi.

Le 45ème président des Etats-Unis a, lui, nié maintes fois toute ingérence russe. En décembre dernier, Donald Trump avait par exemple écrit sur son compte Twitter, remettant en cause l'identité «russe» des hackers du camp démocrate : «A moins que vous ne preniez les hackers en flagrant délit, il est très difficile de déterminer qui a piraté. Pourquoi cela n'a-t-il pas été publié avant l'élection ?».

Lire aussi : Le renseignement américain chercherait-il à provoquer un changement de régime à Washington ? (VIDEO)

La controverse concernant l'ingérence présumée de la Russie dans les présidentielles américaines 2016 ne se calment pas depuis octobre 2016. La CIA avait alors déclaré que des hackers russes appuyés par le Kremlin avaient ciblé les comptes mails de fonctionnaires démocrates dans le but de favoriser la victoire de Donald Trump. Aucune preuve n’a jamais été présentée. A Moscou, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a qualifié ces accusations de «gratuites», «non professionnelles» et n'ayant «rien à voir avec la réalité».

La nomination de Dan Coats au poste du chef du renseignement américain a suscité une vive réaction de la part de plusieurs médias américains. Il est l'un des six sénateurs américains et trois responsables de la Maison Blanche à qui Moscou a interdit de séjourner en Russie depuis 2014, en représailles aux sanctions américaines. 

Le poste de directeur du renseignement a été créé après les attentats du 11 septembre. Il doit coordonner l'activité des 17 agences américaines de renseignement, dont la CIA, le FBI et la NSA. 

Lire aussi : Conférence de Trump : les «fake news» empêchent de s’entendre avec la Russie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Parmi ces déplacements de campagne électorale, lequel jugez-vous le plus opportuniste ?

Résultats du sondage