La Corée du Nord tire une volée de missiles sol-mer

- Avec AFP

La Corée du Nord tire une volée de missiles sol-mer © KCNA Source: Reuters
Kim Jong-Un observe un test de missile (photographie d'illustration)

Tôt dans la matinée du 8 juin, la Corée du Nord a tiré plusieurs salves d'obus, soupçonnés d'être des missiles de croisière sol-mer, selon le ministère sud-coréen de la Défense. Le nouvel essai ne viole pourtant pas de résolutions de l'ONU.

«La Corée du Nord a tiré ce matin [le 8 juin] plusieurs engins non identifiés, présumés être des missiles de croisière sol-mer, à partir d'un lieu situé non loin de Wonsan [ville côtière de l'est du pays]», a fait savoir le ministère sud-coréen de la Défense dans un communiqué publié le jour même. Cet essai d'engins à courte portée ne semble toutefois pas avoir été mené en violation des résolutions de l'ONU, selon un porte-parole de l'état-major interarmées sud-coréen.  

D'après l'état-major, les engins ont parcouru environ 200 kilomètres à une altitude de 2 000 mètres avant de s'abîmer en mer du Japon.

«Ces tirs visaient à parader les capacités [du Nord] en termes de technologies de missiles et de précision de frappe navale», a ajouté le porte-parole de l'état-major.

Les restrictions internationales s'appliquent aux essais balistiques. Lee Il-woo, analyste du réseau Korea Defence, a expliqué à l'AFP que les tests de missiles de croisière n'étaient pas concernés car ils sont «bien plus lents que les missiles balistiques et peuvent être abattus par des canons anti-aériens».

Séoul «ne fera aucun pas en arrière»

Il s'agissait du cinquième épisode de tirs depuis l'arrivée au pouvoir début mai du nouveau président sud-coréen Moon Jae-in, les quatre précédents ayant concerné trois engins balistiques et un missile sol-air.

Lire aussi : Un nouveau missile nord-coréen parcourt 450 kilomètres avant de disparaître en mer du Japon

«La seule chose que la Corée du Nord va gagner avec ses provocations c'est l'isolement sur la scène internationale et des difficultés économiques», a déclaré Moon Jae-In, cité par son porte-parole. 

«[Séoul] ne fera aucun pas en arrière ni compromis sur la question de la sécurité de la nation et du peuple», a ajouté le président, qui s'était dit favorable à une forme de dialogue avec le Nord.

Lire aussi : Séoul a procédé à des tirs d'avertissement sur... des ballons nord-coréens

Tokyo s'est aussi insurgé contre les nouveaux tirs. Le porte-parole du ministère japonais des Affaires étrangères, Fumio Kishida a averti que le Japon ne tolérerait jamais «ce genre de provocation», ajoutant cependant que cette nouvelle manœuvre nord-coréenne était sans «conséquence immédiate sur la sécurité du Japon». 

Mesures «mesquines»

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté à l'unanimité le 2 juin un nouveau texte sanctionnant une petite vingtaine de responsables et entités nord-coréens.

La Corée du Nord a qualifié ces mesures de «mesquines», avertissant qu'elles ne la feraient dévier de sa voie en aucun cas.

Tensions entre Pyongyang et Washington

L'USS Cheyenne, un sous-marin nucléaire d'attaque américain de 6 900 tonnes, dont le port d'attache est Pearl Harbour, mouille depuis le 6 mars dans le port de Busan. La flotte américaine du Pacifique montre ses muscles dans la région, avec des manœuvres navales en mer du Japon mobilisant des porte-avions et des navires d'accompagnement.

Pyongyang a procédé à des dizaines de tirs de missiles et à deux essais nucléaires depuis début 2016, en invoquant comme raison la menace que représentent les Etats-Unis pour sa sécurité.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.