Lois religieuses «discriminatoires» de Kiev : le patriarche Kirill interpelle l’ONU et le pape

Lois religieuses «discriminatoires» de Kiev : le patriarche Kirill interpelle l’ONU et le pape© Gleb Garanich Source: Reuters
Des orthodoxes ukrainiens

Alors que les élus ukrainiens entendent voter un projet de loi controversé visant l’Eglise orthodoxe russe, le patriarche russe Kirill a appelé les chefs d'Etat à empêcher la discrimination des orthodoxes.

Le parlement ukrainien doit voter ce 18 mai un projet de loi conférant aux autorités du pays le pouvoir de contrôler les églises. Une initiative vertement dénoncée par le patriarche russe Kirill. «Ce projet de loi menace les droits constitutionnels de millions de fidèles ukrainiens et peut provoquer une vague de violences et de prise de contrôle hostile aux églises, aggravant ainsi le conflit en Ukraine», a-t-il mis en garde, cité par le service de presse du patriarcat de Moscou.

Si ce projet de loi est approuvé, il peut «compliquer un peu plus la mise en œuvre des accords de paix de Minsk», selon Kirill. Il a appelé les dirigeants des pays du format Normandie (Russie, France, Allemagne et Ukraine) qui sont à l'origine des accords de  Minsk, ainsi que le secrétaire général de l’ONU, le chef de l’église catholique et le président du Conseil œcuménique des églises à intervenir et empêcher «la discrimination» des orthodoxes en Ukraine.

Le projet de loi en question propose d’introduire «un statut spécial» pour les organisations religieuses, dont les supérieurs hiérarchiques se trouvent dans un «Etat agresseur». Or, à l’heure actuelle, il n'y a que la Russie que Kiev qualifie ainsi. 

Selon les auteurs du projet de loi, les églises ukrainiennes se trouvant sous la tutelle de l’Eglise orthodoxe russe pourraient menacer les intérêts nationaux ukrainiens, la souveraineté et l’intégrité territoriale. Pour empêcher une ingérence présumée de l'église orthodoxe russe, il sera accordé aux autorités ukrainiennes le droit de désigner les métropolites et les évêques.

«Les nouvelles lois seront à l'origine d'une prise de contrôle hostile envers les églises et d'affrontements entre les croyants de différentes confessions et accorderont au gouvernement d’un Etat laïc des pouvoirs très étendus pour contrôler la vie de communautés religieuses», a prévenu le chef de l'Eglise orthodoxe russe.

Entre 2014 et 2016, des groupes d’extrême droite ont pris le contrôle d'au moins 40 paroisses de l’Eglise orthodoxe ukrainienne, a déploré le patriarche Kirill, soulignant que le nouveau projet de loi rendrait légal ce type d'agissements.

Lire aussi : Pourquoi ne pas profiter d’une montagne de neige pour édifier une église ? Ça se passe en Sibérie !

Le projet de loi visant l’orthodoxie, l’une des plus importantes confessions d'Ukraine, est une tentative d'acculer l’Eglise au conflit politique dans le pays, estime le patriarcat de Moscou qui y voit aussi une violation de la Constitution ukrainienne. «Cela légalisera les discriminations envers la majorité de la population orthodoxe d'Ukraine», a ajouté le patriarche Kirill, soulignant qu'une telle pratique était inédite dans l'Europe contemporaine.

Nombre d’organisations religieuses ukrainiennes ont également condamné l’initiative et l’Eglise orthodoxe ukrainienne a annoncé qu’une pétition contre ce projet de loi «violant les lois ukrainiennes et internationales» avait déjà recueilli plus de 300 000 signatures.

L’Eglise orthodoxe ukrainienne, rattachée au patriarcat de Moscou, détient plus de 11 000 églises sur les 28 000 que compte le pays. Une partie des églises orthodoxes est contrôlée par le patriarcat de Kiev et l’Eglise ukrainienne orthodoxe autocéphale, non reconnue par la communion des Eglises orthodoxes qui rassemble la majorité des Eglises orthodoxes dans le monde.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.