Des mères de famille américaines vont commercialiser des foulards islamiques pour poupée Barbie

Des mères de famille américaines vont commercialiser des foulards islamiques pour poupée Barbie© Capture d'écran de la vidéo réalisée par Ruptly, l'agence vidéo de RT

RT est allé à la rencontre de trois femmes qui veulent révolutionner le monde de la poupée en vendant des hijabs sous forme d'accessoires pour poupées. Selon elles, un tel objet permettrait de diffuser un esprit de tolérance auprès des enfants.

A Pittsburgh, aux Etats-Unis, trois mères de familles ont décidé de combattre l'islamophobie avec des foulards «Barbie-compatible», spécialement conçus pour couvrir la tête et les cheveux des célèbres poupées Barbie.

Aux côtés de Safaa Bokhari et Kristen Michaels, Gisele Fetterman doit officiellement lancer «Hello Hijab» le 1er avril. Le foulard islamique pour poupée coûtera 6 dollars pièce et sera commercialisé par une organisation non lucrative For Good Pittsburgh, créée par les trois femmes. L'accessoire mi-religieux, mi-ludique sera par ailleurs vendu avec une notice explicative. 

Paradoxe ? C'est une femme de confession non-musulmane, Gisele Fetterman, qui est à l'origine du projet. Interviewée par Ruptly, l'agence vidéo de RT, elle s'est dit convaincue de l'utilité du projet qui doit permettre, selon elle, de répondre à un vrai besoin, ainsi qu'inculquer un esprit de tolérance et d'ouverture aux nouvelles générations.

Pour Gisele Fetterman, il faut habituer les enfants à jouer avec des poupées différentes les unes des autres pour faire émerger une «génération plus gentille». «[Les nouvelles générations] verront [le hijab] comme un doux souvenir de leurs jeux d'enfance», a-t-elle ajouté.

Lors d'un entretien accordé à Ruptly, Kristen Michaels et Gisele Fetterman ont également expliqué que le hijab «miniature» serait fabriqué à partir de foulards «recyclés» et de matériaux neufs. Elles ont ainsi indiqué avoir reçu des «dizaines de hijabs de la part de femmes qui veulent que [le tissu des foulards] soit réutilisé de cette manière». 

Auteur: Ruptly

Après avoir expliquer que les enfants jouaient à la poupée Barbie «à travers le monde», Kristen Michaels a déclaré : «Il y a des femmes musulmanes aux Etats-Unis qui sont des Américaines portant le hijab, et il y aussi des femmes musulmanes aux Etats-Unis qui ne sont pas Américaines et qui portent le hijab. Elles devraient être les bienvenues ici [aux Etats-Unis]». 

En 2016, le compte Instagram d'une jeune Nigériane qui publiait régulièrement des photos de sa «Hijarbie» – une Barbie habillée d'un hijab «fabriquée maison» – était très vite devenu la cible d'attaques islamophobes. Un an après, le lancement à un niveau quasi industriel d'un «hijab pour poupée» pourrait de nouveau provoquer un déferlement de propos haineux sur les réseaux sociaux. 

Lire aussi : «Toi aussi, porte le hijab !» : une publicité allemande réapparait sur fond de crise migratoire

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Que redoutez-vous le plus du prochain président ?

Résultats du sondage