La sonde spatiale Cassini va faire son premier plongeon dans les anneaux de Saturne

La sonde spatiale Cassini va faire son premier plongeon dans les anneaux de Saturne© NASA Source: Reuters
La sonde spatiale Cassini va observer l'anneau F de Saturne au plus près

La sonde Cassini qui est en orbite autour de Saturne depuis 2004 entame la fin de son périple. La phase que la NASA a appelée «Grand Finale» l'amènera vers des zones qu'elle n'a encore jamais franchies, au plus près de son anneau externe.

Cassini, la sonde de la NASA et de l'Agence spatiale européenne qui est orbite autour de Saturne depuis 2004, a débuté mardi 6 décembre sa descente vers l'anneau F, le plus externe et le plus dense des anneaux visibles de la planète. C'est la première des 20 orbites qu'elle va effectuer au plus près de l'anneau pour l'étudier. Elle est programmée pour y plonger tous les sept jours, jusqu'au 22 avril 2017.

«Cela a pris des années à planifier, mais nous y sommes enfin, toute l'équipe de Cassini est excitée de commencer à étudier les données qui proviendront de son orbite "en rase-motte" des anneaux», s'enthousiasme Lida Spilker, une des scientifique du projet. 

«Même si nous nous rapprochons comme jamais de l'anneau F, nous resterons toujours à plus de 7 800 kilomètres», précise son collègue Earl Maize, ajoutant qu'il s'agit d'éviter de trop exposer la sonde aux poussières qui y circulent. Elle pourra tout de même capturer certaines de ces poussières et analyser les gaz qui y sont brassés. 

Située à 91 000 kilomètres des premiers nuages de Saturne et faisant 500 kilomètres de large, l'anneau F est un des plus actifs de la planète. Il est délimité par la lune Prométhée à l'intérieur et Pandora à l'extérieur. 

«Cet anneau est en changement constant, avec des banderoles lumineuses qui s'en échappent ainsi que de minces filaments. Parfois, Prométhée s'enfonce dans l'anneau ce qui modifie sa structure, créant des canaux sombres», explique Lida Spilker.

Au cours de sa mission, les scientifiques espèrent en apprendre plus sur l'hexagone de Saturne, un motif nuageux sur le pôle nord de la planète qui les déconcerte. «Nous ne comprenons toujours pas comment l'hexagone maintient sa forme non circulaire. Il est unique dans le système solaire», constatent les scientifiques, perplexes.

Ils espèrent enfin que les données recueillies par la sonde permettront de comprendre si les anneaux de Saturne sont aussi vieux que la planète ou si ils se sont formés plus tard, par une lune errante détruite. 

Le 15 septembre 2017, Cassini, qui est bientôt à court de carburant, effectuera son plongeon final dans les couches nuageuses de Saturne, pour que tout risque de contamination des mondes potentiellement habitables entourant la planète soit écarté.

Lire aussi : «Combustion achevée, orbite obtenue» : Juno prête à percer les mystères de Jupiter

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Parmi ces déplacements de campagne électorale, lequel jugez-vous le plus opportuniste ?

Résultats du sondage