Allemagne : la police peine à mettre la main sur un Syrien soupçonné de préparer un attentat

Des policiers à Chemnitz, Allemagne.© Jens-Ulrich Koch
Des policiers à Chemnitz, Allemagne.

La police allemande recherche activement depuis un jour un ressortissant syrien, au domicile duquel ont été trouvées des substances explosives. Un avis de recherche a été diffusé dans l'ensemble du pays.

La chasse à l'homme, lancée le 8 octobre, se poursuit : les forces de l'ordre allemandes n'ont toujours pas retrouvé Jaber Albakr, même si un avis de recherche a été lancé dans tout le pays et que des personnels de police ont été spécialement mobilisés dans plusieurs régions, a fait savoir l'agence AFP le 9 octobre. En outre, les contrôles ont été renforcés dans les aéroports et les gares de Berlin, la capitale.

La veille, la police s'était rendue au domicile du jeune suspect de 22 ans, à Chemnitz (dans l'est du pays, à 260 km au sud de Berlin), après avoir été prévenue par les services de renseignement d'un danger imminent d'attaque terroriste. Elle y a découvert plusieurs centaines de grammes d'une substance explosive décrite comme «bien plus dangereuse que le TNT», dont une petite quantité pourrait provoquer «d'énormes dégâts». D'après la chaîne de télévision publique ZDF et le journal local de Chemnitz, Freie Presse, la substance en question serait du TATP, utilisé par les djihadistes de l'Etat islamique (EI), notamment lors des attentats de Paris en novembre 2015 et de Bruxelles en mars dernier.

Le 9 octobre, les autorités n'étaient pas en mesure d'indiquer si le fugitif avait emporté avec lui une partie de son stock de substance explosive. «Nous devons partir du principe que cette personne représente un danger», a simplement fait savoir le porte-parole de la police de Chemnitz, Tom Bernhardt. Selon le magazine allemand Focus, le Syrien est précisément soupçonné d'avoir voulu réaliser une attaque dans un aéroport allemand.

Aggravation de la menace terroriste depuis l'accueil d'un million de migrants

L'homme recherché est arrivé en Allemagne en 2015, avec près d'un million d'autres migrants. Il n'est pas le premier d'entre eux à être soupçonné d'avoir des ambitions djihadistes : en septembre, trois personnes disposant de papiers d'identité syriens et un demandeur d'asile de 16 ans, accusés d'être liés à des réseaux terroristes ou de préparer des attentats, avaient été arrêtés en Allemagne.

En outre, en juillet dernier, un jeune réfugié venu d'Afghanistan ou du Pakistan avait attaqué les passagers d'un train à la hacheun demandeur d'asile syrien avait opéré un assaut à la machette et un autre migrant syrien avait été l'auteur d'un attentat-suicide. Le même mois, la chancelière Angela Merkel, responsable de la politique d'ouverture des frontières aux migrants en 2015, avait reconnu que des terroristes se mêlaient à ces flux.

Lire aussi : Opération internationale : cinq propagandistes de Daesh arrêtés en Belgique, Allemagne et Espagne

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales