Deux bombardiers américains survolent la Corée du Sud pour intimider Kim Jong-Un

Deux bombardiers de type B-1B.© Steve Thurow Source: Reuters
Deux bombardiers de type B-1B.

Pour la deuxième fois en un peu plus d'une semaine, les Etats-Unis ont fait voler deux avions de guerre supersoniques dans le ciel sud-coréen. Un signal clairement adressé au leader nord-coréen, qui menace selon Washington la sécurité de son voisin.

Piqûre de rappel pour Kim Jong-Un : les forces armées américaines ne sont jamais loin de la frontière nord-coréenne. Mercredi 21 septembre, rapporte l'agence Reuters, deux bombardiers supersoniques B-1B ont survolé le territoire de la Corée du Sud et l'un des deux engins s'est posé sur la base américaine d'Osan, à 40 km de Séoul. Signal important : d'habitude, les bombardiers sont stationnés sur la base américaine de Guam, dans l'océan Pacifique.

L'aviation américaine s'est posée en Corée pour la première fois en vingt ans

«Aujourd'hui, l'aviation [américaine] s'est posée sur la Péninsule coréenne pour la première fois en vingt ans et a mené le vol le plus proche de la Corée du Nord jamais réalisé», s'est félicité l'US Air Force sur son site internet.

Une double initiative qui, selon le lieutenant général Thomas Bergeson, est une manière pour les Etats-Unis de rappeler à leur allié sud-coréen qu'ils sont bel et bien déterminés à les défendre contre une éventuelle agression de la Corée du Nord.

«Ce que nous montrons aujourd'hui [avec ce vol] n'est qu'un des outils dont nous disposons, parmi une large gamme d'options», a prévenu le supérieur militaire américain, avant d'ajouter : «L'alliance [américano-sud-coréenne] devient plus forte chaque jour et nous restons prêts à défendre et à préserver la sécurité de la péninsule sud-coréenne et de la région.»

Washington et Pyongyang montrent les muscles

Le vol des deux bombardiers étasuniens a été décidé quelques heures après qu'un média public nord-coréen a annoncé que Kim Jong-un, le chef de l'Etat le plus fermé de la planète, avait supervisé l'essai d'un nouveau moteur de fusée, devant permettre de propulser des satellites.

Une semaine auparavant, mardi 13 septembre, l'aviation américaine avait déjà envoyé deux avions B-1B survoler le territoire de la Corée du Sud. Une réponse à l'annonce par la Corée du Nord, quelques jours auparavant, d'un cinquième essai nucléaire, condamné par la communauté internationale.

Depuis quelques semaines, la tension est à son comble entre Pyongyang d'un côté, Séoul et Washington de l'autre : dans la nuit du 4 au 5 septembre, la Corée du Nord a lancé trois missiles balistiques, après que Séoul a déclaré que le dispositif anti-missile américain installé en Corée du Sud était un système de défense.       

Fin août, à la suite du début de manœuvres militaires conjointes entre les Etats-Unis et la Corée du Sud, un sous-marin nord-coréen avait procédé au tir d'un missile balistique.

Lire aussi : La Corée du Nord aurait équipé ses troupes d'élite de «sacs à dos nucléaires»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales