Allemagne : Angela Merkel s'obstine après le succès de l'AfD aux régionales

Source: Reuters

Le succès électoral du parti anti-immigration AfD sonne comme un coup de semonce pour les partis traditionnels allemands. Angela Merkel reste pourtant droite dans ses bottes et défend encore, de plus en plus seule, sa politique migratoire.

Certes le résultat était attendu, mais les scores atteints par le parti souverainiste et anti-immigration AfD (Alternative für Deutschland- Alternative pour l'Allemagne) dans le land de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale est un coup de tonnerre en Allemagne.

Alors que les résultats officiels confirment les sondages à la sortie des urnes, c'est une gifle cinglante pour la CDU, le parti d'Angela Merkel. Avec 20,8% des voix, l'AfD, pour ses premières élections législatives, arrive ainsi en deuxième place, derrière les sociaux-démocrates du SPD (30,6%) mais devant la CDU qui atteint péniblement les 19%, et ce après trois ans d'existence seulement.

Aussi, faisant le constat de l'ampleur de la défaite, Bild, le quotidien le plus lu en Allemagne, s'interroge sur le nombre d'«outrages que Merkel pourra encore supporter».

Si une partie de la presse tire la sonnette d'alarme face à la montée de l'extrême-droite, elle ne retient pas pour autant ses coups à destination de la chancelière. Le journal Die Zeit, pour sa part, titre Le vilain petit canard devient grand.

Car cette percée dans un land allemand assez modeste du point de vue de son poids économique et démographique (2% des électeurs) a une portée symbolique considérable étant donné que que la circonscription d'Angela Merkel s'y trouve. Aussi, selon le Handelsblatt, la «pression monte dans les rangs mêmes du parti» de la chancelière.

La CSU, les alliés bavarois de la CDU, en opposition frontale avec la politique migratoire de la chancelière sont ainsi repartis à l'attaque, réclamant à nouveau un plafond annuel du nombre de réfugiés en Allemagne.

Un désaveu de la politique migratoire de Merkel

La vague d'agressions sexuelles à Cologne au début de l'année, ainsi que la série d'attaques du mois de juillet ont laissé des traces dans l'opinion publique allemande. Après la performance de l'AfD en Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, les dirigeants du parti préparent déjà les prochaines élections : «Notre pays connaît une rupture politique et ce n'est pas trop de dire que cela a une dimension politique», s'est félicité Jörg Meuthen, l'un des dirigeants de l'AfD, tandis que la tête de liste du Land, Leif-Erik Holm, annonçait : «C'est peut-être le début de la fin de Merkel à la chancellerie.» «C'est une véritable raclée pour Angela Merkel, les électeurs ont clairement rejeté sa politique désastreuse en matière d'immigration», a pour sa part résumé Frauke Petri, la présidente du jeune parti fondé en 2013, devenu désormais un acteur incontournable dans le jeu politique allemand.

Le succès électoral de l'AfD fragilise encore Angela Merkel

Mise en difficulté, Angela Merkel, en marge du sommet du G20 en Chine, s'est dite «responsable» du résultat d'hier. «Bien sûr, c'est lié à la politique sur les réfugiés. Bien sûr, comme chancelière et présidente de parti, je suis responsable», a-t-elle analysé.

Pourtant, si la chancelière admet que la crise migratoire que connaît l'Allemagne depuis plus d'un an est l'une des explications de la percée de l'AfD, elle ne renie pas sa politique d'accueil et reste droite dans ses bottes : «Je considère que les décisions que nous avons prises sont les bonnes», a ainsi martelé la dirigeante allemande. Un demi mea culpa qui manque de lisibilité et qui risque de conforter la montée de l'AfD lors des prochaines élections législatives allemande.

Lire aussi : Allemagne : plusieurs écoles fermées en Basse-Saxe à la suite de menaces d'attaques terroristes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales