Régionales en Allemagne : la CDU de Merkel battue par l'AfD anti-immigration selon les sondages

© Stefanie Loos Source: Reuters

Des sondages à la sortie des urnes placent le jeune parti anti-immigration en deuxième place des élections régionales dans le Land de Mecklembourg-Poméranie occidentale (nord-est), juste derrière le parti social-démocrate SPD.

Ce serait une percée fulgurante pour l'AfD (Alternative pour l'Allemagne) et une claque retentissante pour le parti au pouvoir, la CDU (l'Union chrétienne-démocrate) : les chaînes de télévision publiques allemandes ARD et ZDF ont rapporté, dimanche 4 septembre en fin d'après-midi, que les électeurs interrogés à la sortie des urnes avaient voté à 21% pour le parti anti-immigration et à 19%-20% pour le parti d'Angela Merkel de centre droit, lors de l'élection régionale dans le Land de Mecklembourg-Poméranie occidentale.

Devançant ces deux formations, le parti de centre gauche SPD (Parti social-démocrate) est quant à lui crédité d'environ 30% des suffrages.

Créé il y a seulement trois ans, l'AfD parvient donc à humilier le mouvement de la chancelière allemande, pour sa toute première participation à un scrutin dans ce Land. Un résultat qui ravit le chef de file local du parti opposé à l'accueil des migrants, Leif-Erik Holm : «la cerise sur le gâteau c'est qu'on laisse la CDU de Merkel derrière nous [...] et peut-être est-ce même le début de la fin pour la chancelière Merkel».

Un succès salué par Marine Le Pen

En France, la prouesse électorale de l'AfD a été applaudie par la présidente du Front national (FN), qui a félicité au soir du 4 septembre les «patriotes de l'AfD» pour avoir «balayé» le parti d'Angela Merkel.

La CDU pénalisée par la crise des migrants

Si elle était confirmée, la victoire de l'AfD sur la CDU aurait une dimension symbolique toute particulière : la jeune formation a fait précisément campagne contre la politique migratoire du gouvernement d'Angela Merkel – ayant abouti à l'entrée d'un million de migrants en Allemagne en 2015 –, qu'elle accuse d'être à l'origine de la vague inédite d'attentats qu'a connus le pays cet été.

Consciente de l'impact négatif que sa décision d'ouvrir les frontières pouvait avoir sur la popularité de son parti, la chef de l'exécutif allemand avait reconnu, fin août, qu'elle avait peut-être commis quelques erreurs dans la mise en œuvre de cette politique. Elle avait précédemment concédé, à la mi-juillet, que «les flux de réfugiés [avaient] été utilisés pour faire entrer des terroristes [en Europe]». 

Lire aussi : «L'immigration tue !» : La campagne choc d'activistes anti-migrants allemands

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales