Belgique: le jeune ayant appelé au meurtre des chrétiens est-il le fils d'un prédicateur salafiste ?

Le prédicateur salfiste Shay Alami © Capture d'écran Twitter
Le prédicateur salfiste Shay Alami

La polémique se poursuit en Belgique après la diffusion d'une vidéo où un jeune musulman appelle au meurtre des chrétiens. Il se pourrait qu'il soit le fils d'un imam radical censé avoir été expulsé, mais qui se trouve toujours sur le territoire.

Si les autorités belges n'ont toujours pas confirmé la thèse selon laquelle le prédicateur radical de Dison Shayh Alami serait le père du jeune ayant appelé à massacrer les chrétiens, pour certaines personnes – dont le secrétaire d'Etat à l'Asile Théo Francken – la thèse est pourtant crédible.

De nationalité néerlando-marocaine, l'imam Shay Alami est connu pour sa propagande salafiste et ses appels au djihad. Il aurait aussi incité des jeunes à aller combattre en Syrie. Objet de deux arrêtés d'expulsion, dont l'un a été émis en juillet 2015 puis le second au printemps dernier, l'imam a réussit à rester en Belgique en réalisant un recours suspensif auprès du Conseil du contentieux des étrangers.

Le Conseil du contentieux croulerait sous les dossiers, expliquant pourquoi le prédicateur salafiste serait toujours présent en Belgique.

Ces derniers jours, une vidéo diffusée sur internet montrait un jeune homme déambulant dans les rues de Verviers, proférant des appels à tuer les chrétiens. «Oh Allah, anéantis les chrétiens haïssables, tue les tous», peut-on notamment entendre. La vidéo a été prise très au sérieux par les autorités, qui ont cherché à identifier ce jeune homme qui pourrait donc être le fils de cet imam.

La Belgique a été le théâtre de plusieurs incidents impliquant des islamistes ces derniers mois, avec récemment une attaque à la machette de policières à Charleroi ce week-end, et les attentats de Bruxelles de mars dernier. La cavale de Salah Abdeslam, suspecté d'être impliqué dans les attentats du 13 novembre à Paris, avait pris fin dans le quartier de Moleenbek à Bruxelles. En janvier 2015, c'est une cellule terroriste qui avait été découverte à Verviers.

Lire aussi : Belgique : une terroriste libérée à condition de ne pas se rendre à Molenbeek

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales