GB: convoquée pour être interrogée sur des crimes de guerre, Tzipi Livni évite de peu les enquêteurs

Tzipi Livni et Benjamin Netayahou © Ronen Zvulun Source: Reuters
Tzipi Livni et Benjamin Netayahou

En visite à Londres, Tzipi Livni, ex-vice Premier ministre et ministre des Affaires étrangères israélien, a été convoquée par la police britannique mais suite à des pressions d'Israël sur le Royaume-Uni, elle n'a pas eu à répondre aux enquêteurs.

Les policiers britanniques souhaitaient profiter de son passage à Londres pour interroger l'ex-ministre israélienne,Tzipi Livni. L'objectif ? Déterminer son rôle dans certaines opérations militaires israéliennes dans la bande de Gaza qui ont eu lieu en 2008-2009 et dont certaines pourraient constituer des crimes de guerre. Plus de 1 000 Palestiniens avaient alors été tués. A l'époque des faits, Tzipi Livni était vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères de l'Etat hébreu.

Mais le ministre des Affaires étrangères israélien a protesté contre cette convocation et exprimé sa «grande inquiétude» à ce propos. «Nous aurions attendu un comportement différent de la part d'un allié comme le Royaume-Uni», a fait savoir le ministère dans un communiqué.

Lire aussi : «Arrêtez ce criminel de guerre» : en visite à Londres, Netanyahou fait face à un accueil glacial

Plus tard, Scotland Yard a finalement fait savoir que l'ancienne ministre n'était l'objet d'une enquête pour crimes de guerre.

En 2009, un mandat d'arrêt avait été émis à l'encontre de Tzipi Livni à la suite d'une série de plaintes déposée par des avocats pro-palestiniens. Mais quelques années plus tard, le Royaume-Uni a modifié sa législation afin de rendre plus difficile l'arrestation de politiciens israéliens en visite dans le pays, après que l'émission de ce mandat d'arrêt a provoqué des tensions diplomatiques entre les deux Etats.

Lire aussi : Une famille de Gaza va porter plainte contre un fabricant électronique français

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales