Avant de tout révéler, Snowden aurait essayé de faire part de ses doutes à sa hiérarchie

© Andrew Kelly Source: Reuters

Le site d’information VICE News a eu accès à plusieurs documents qui révèleraient que le lanceur d’alerte Edward Snowden dans un échange d’emails, aurait essayé de partager ses doutes à la NSA concernant les questions de surveillance.

Dans la matinée du 29 mai 2014, le conseil général du Bureau du directeur du renseignement national, à Washington, aurait envoyé un email à des hauts fonctionnaires de la NSA, avec comme objet : «Que faire d’Edward Snowden», rapporte VICE News.

Les révélations d’Edward Snowden ont éclaté au grand jour lorsque les journalistes Glenn Grennwald du Guardian et Barton Gellman du Washington Post ont publié des informations basées sur des documents ultra confidentiels que leur avait confiés en personne le lanceur d’alerte. Selon l’enquête de VICE News, Edward Snowden, qui depuis ses révélations est démonisé par la NSA et l’administration Obama, revendiquait quelque-chose qui a déclenché la sonnette d’alarme à l’agence de renseignement américaine.

«Avant la révélation de ces documents, [Edward] Snowden a déclaré qu’il avait à plusieurs reprises tenté de partager ses préoccupations au sein de la NSA concernant la surveillance [exercée] sur les citoyens américains, mais l’agence n’a pas réagi», explique l’enquête.

Selon VICE News, il semblerait que la NSA n’a pas communiqué au public toute l’histoire sur les contacts qu’entretenait Snowden avec sa hiérarchie avant qu’il devienne le lanceur d’alertes le plus célèbre et le plus vilipendé de l’histoire des Etats-Unis.

L’enquête conduite par le site d’information remet de ce fait en question la version des faits du gouvernement américain concernant l'époque où Edward Snowden était toujours en fonction à la NSA.

Alors que le lanceur d’alerte aurait refusé de s’entretenir avec VICE News à ce sujet, son avocat, Ben Wizner, a déclaré au site d’information qu’Edward Snowden est «réticent» quant à l'idée de s’exprimer sur les questions soulevées par les documents de la NSA, dans la mesure où il doute des motivations de la NSA à les communiquer.

Edward Snowden «estime que la NSA divulgue toujours ses documents de manière sélective, et par conséquent, il choisit de ne pas participer à cet effort» car «il n’a pas confiance dans le fait que l’agence de renseignement puisse agir de bonne foi», a déclaré Ben Wizner à VICE News.

En avril 2014, Edward Snowden a de nouveau contesté le récit public de la NSA concernant l’incapacité du lanceur d’alerte à soulever ses préoccupations au sein de l’agence. «La NSA est non seulement au courant que j’avais émis des plaintes, mais également qu’il existe des preuves que j’ai communiqué mes inquiétudes aux avocats de la NSA, parce que j’ai en partie procédé par email», avait déclaré Edward Snowden, le 8 avril 2014 dans une interview au magazine Vanity Fair.

«Je défie directement la NSA de nier que j’ai contacté les organes de contrôle et de conformité [de l’agence] directement par email et que j’ai spécifiquement exprimé des préoccupations au sujet de leur interprétation suspecte de la loi», a également expliqué le lanceur d’alerte, cité dans l’enquête de VICE News.

Or, selon l’enquête, deux ans après l’envoi de cet email, la NSA nie toujours qu’Edward Snowden a fait part de ses inquiétudes en interne, même si en juin 2013, un jour après que Snowden a avoué qu’il était à l’origine de la fuite, l’agence de renseignement aurait envoyé un email en interne parmi ses employés pour savoir qui avait été en contact avec le lanceur d’alerte. L’email, visualisé par VICE News, statuerait Edward Snowden d’actuel employé de la NSA et d’ancien associé de la CIA. 

D’autre part, lors de son témoignage devant le Parlement européen sur cette affaire, Edward Snowden a fait remarquer qu’il n’y avait aucun moyen fiable pour les parties contractantes comme lui d’exprimer ses préoccupations, rapporte VICE News.

«Les lois de réforme sur les lanceurs d’alerte aux Etats-Unis ont été votées en 2012 avec celles sur l’amélioration de la protection des dénonciateurs aux Etats-Unis, mais ils ont choisi d’exclure les agences de renseignement de cette loi», a précisé Edward Snowden. Il a ajouté que «le président Obama avait également réformé une réglementation clé sur les lanceurs d’alerte dans la directive 19 de la politique présidentielle de 2012, qui omet cependant les contractuels des agences de renseignements comme moi», rapporte VICE News.

Lire aussi : Surveillance totale : la NSA a retrouvé le droit d’accéder aux communications téléphoniques

Selon l’enquête, le directeur de la NSA, le général Keith Alexander, en fonction quand Edward Snowden a quitté l’agence, n’était apparemment pas au courant si les contractuels étaient protégés ou non par les lois sur les lanceurs d’alerte. Contacté par VICE News, la NSA aurait refusé de s’exprimer à ce sujet.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales