Barack Obama supprime les termes «oriental» et «nègre» de la loi fédérale

Le président américain Barack Obama Source: Reuters
Le président américain Barack Obama

Le président Barack Obama a fait supprimer les mots «oriental» et «nègre» qui étaient encore utilisés dans le droit fédéral en signant une nouvelle mesure qui a facilement été validée par la Chambre des représentants et le Sénat.

Parrainé par l'élue à la chambre Grace Meng, une démocrate de New York, la mesure remplace les mots racistes inscrits dans des lois qui datent des années 1970. «Oriental» va être modifié en «Asio-Américain» et «Nègre» en «Afro-Américain». «Le terme "Oriental" n'a pas sa place dans la loi fédérale. […] Plus aucune loi des Etats-Unis ne se référera aux Américains asiatiques d'une manière offensive, et j'applaudis et remercie le président Obama pour avoir signé mon projet de loi pour se débarrasser de ce terme archaïque.»

«Un terme associé à des campagnes racistes»

La législation Meng a été adoptée à l'unanimité par la Chambre en février dernier et par le Sénat en mai. Tous les 51 membres du Caucus du Congrès américain Asie-Pacifique ont co-signé le projet de loi. Ces nouvelles conditions vont maintenant être «modernisées» à la fois par le ministère de l'Energie qui fait notamment référence dans une loi sur les investissements publics locaux qui date de 1976 aux minorités «nègres, de Puerto Rico, des Indiens d'Amérique, Eskimo, orientales».

Lorsque l'ancien gouverneur de New York David Paterson a interdit l'utilisation du mot «oriental» dans tous les documents de l'Etat en 2009, Jeff Yang, chroniqueur au San Francisco Chronicle avait justifié pourquoi le terme était considéré comme si offensant pour les gens d'origine asiatique : «Vous savez, c'est un terme que vous ne pouvez pas évoquer sans avoir une odeur d'encens et le son d'un gong en quelque sorte dans votre tête. […] C'est un terme qui est associé à des campagnes racistes, à des images stéréotypées. Et vous savez, franchement, il n'est tout simplement pas très précis».

Lire aussi : L’ancien majordome de Trump veut «pendre» Obama et Clinton

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales