Irak : Daesh aurait précipité 25 «espions» présumés dans un bain d’acide nitrique

© Capture d'écran DailyMail

L’organisation terroriste, qui repousse toujours plus loin les limites de sa propre barbarie, aurait cette fois voulu envoyer un message à ses adversaires en ligotant 25 Irakiens avant de les jeter dans une cuve remplie d’acide. Le tout en public.

Les victimes, accusées d’espionnage au profit du gouvernement irakien par les terroristes, auraient été froidement exécutées à Mossoul, dans le nord de l’Irak, a rapporté l’agence de presse locale IraqiNews.

Un témoin désirant garder l’anonymat a rapporté que les 25 «espions» présumés auraient chacun été ligotés avant d’être plongés ensemble dans un grand bassin jusqu’à ce que leurs organes se dissolvent.

Dans la cuve se serait trouvé de l’acide nitrique, un liquide fumant à l’odeur âcre, réputé pour être extrêmement corrosif. La substance est généralement utilisée pour la production de nitrate d’ammonium, qui peut servir à fabriquer de l’engrais, mais également des explosifs.

Lire aussi : Un laboratoire d’armes chimiques de Daesh découvert en Irak

Les exécutions de Mossoul surviennent après plusieurs attentats dans la capitale, Bagdad, alors que Daesh espère se relever d’une série de défaites militaires dans tout le pays.

Selon le département américain de la Défense, les combattants islamistes ont en effet perdu le contrôle de près de 40% du territoire qu’ils revendiquaient en Irak et environ 10% en Syrie.

Outre les décapitations et autres exécutions publiques, Daesh multiplie ces derniers temps les atrocités et les moyens de torture contre ses opposants. Le 10 mai, tous les membres d’une famille irakienne qui avait tenté de fuir une ville contrôlée par les terroristes, ont été publiquement brûlés vivants en guise de dissuasion. Auparavant, d’autres avaient été enterrés vivants alors qu’ils tentaient, eux aussi, d’échapper au joug des djihadistes. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales