Défense russe : le Front al-Nosra est derrière l’attaque du camp de réfugiés près d'Alep

Défense russe : le Front al-Nosra est derrière l’attaque du camp de réfugiés près d'Alep © Hamid Khatib Source: Reuters
Combattant du Front al-Nosra

A en juger par l’ampleur et la nature des dégâts, l’attaque du 6 mai sur un camp de réfugiés syriens dans la ville de Sarmada, près d’Alep en Syrie, aurait très probablement été conduite par le Front al-Nosra, selon le ministère de la Défense russe.

«Etant donné la nature de la destruction, visible sur les photos et dans les vidéos prises sur le site, le camp a pu être bombardé, soit intentionnellement, soit par erreur, par des tirs d'artillerie, dont l’utilisation est activement employée dans la région par les militants du groupe terroriste le Front al-Nosra», a déclaré le général de division et porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konashenkov.

Il a ajouté qu’après l’analyse des photographies et des séquences vidéo du camp de réfugiés dévasté après l’attaque, diffusées sur internet, il est devenu évident qu’ «il n’y a aucun cratère d’obus ou autre signe de frappe aérienne».

Le ministère russe de la Défense a par ailleurs souligné que le jour de l’attaque, aucune sortie aérienne au-dessus de la zone où se trouve le camp de réfugiés n’avait eu lieu.

«Nous avons analysé les données de contrôle de l’espace aérien pour cette région des 4 et 5 mai 2016. Il n’y a eu aucun vol des Russes ou tout autre aéronef au-dessus du camp», a précisé Igor Konashenkov.

Située non loin de la frontière turque, la ville syrienne de Sarmada est sous contrôle des rebelles combattant le gouvernement de Bachar el-Assad. Le camp de fortune qui y a été bombardé abritait plus de 2 000 personnes ayant fui les régions du pays ravagées par la guerre.

Selon l’ AFP, 28 personnes ont été tuées et 80 autres blessées dans l'attaque.

ATTENTION, LES IMAGES QUI SUIVENT SONT EXTREMEMENT CHOQUANTES

L’attaque sur le camp de réfugiés près d'Alep est survenue vingt-quatre heures après que 12 personnes ont été tuées et 45 blessées dans des attentats suicide dans la ville syrienne de Homs.

Le 3 mai, l’hôpital d’Alep, sous contrôle des forces de Damas, avait été la cible d’une attaque à la roquette de la part des rebelles. Plusieurs dizaines de personnes y ont perdu la vie.

Mercredi 4 mai, Moscou et Washington ont confirmé avoir négocié un cessez-le-feu de 48 heures à Alep, qui a été le théâtre de violents combats ces derniers temps. L’accord est entré en vigueur le 3 mai et aurait dû être observé jusqu’au 6 mai, 12 heures.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»