Benjamin Netanyahou dénonce «le poison de la propagande anti-Israël en Occident»

- Avec AFP

Source: Reuters

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a fustigé «la propagande contre Israël» en Occident qu'il a qualifié de «poison», à la veille de la journée annuelle de commémoration de la Shoah.

«Ce qui a amené à la Shoah c'est l'incitation à la haine qui continue de nos jours contre Israël», a déclaré le 4 mai Benjamin Netanyahou.

«L'antisémitisme n'a pas disparu avec la mort d'Hitler dans son bunker, [...] la propagande dans le monde occidental contre Israël n'est pas moins un poison que celle de l'islam extrémiste et du monde arabe», a affirmé le Premier ministre israélien au mémorial Yad Vashem à Jérusalem lors d'une cérémonie officielle marquant l'ouverture de cette journée de commémoration.

«Si durant l'Histoire, les juifs ont été désignés comme ennemis de l'humanité, aujourd'hui, c'est l'Etat des juifs qui est l'ennemi de l'humanité et ce mensonge n'a pas de frontières», a-t-il ajouté.

Six rescapés de la Shoah ont allumé des flambeaux à la mémoire des six millions de juifs tués par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945).

La vie se figera en Israël pendant deux minutes jeudi à 10h00 (07h00 GMT), au son lugubre des sirènes, en mémoire des victimes juives du nazisme.

Plus de 70 ans après la libération des camps de concentration nazis, 45 000 rescapés (sur les 190 000 établis en Israël) vivent en dessous du seuil de pauvreté, a affirmé le Centre des associations d'aide aux rescapés sur son site internet.

L'Etat d'Israël a voté en 2007 une loi élargissant les aides aux rescapés mais ces dernières ne suffisent pas à assurer à ces personnes un niveau de vie suffisant, selon les associations d'aides aux survivants.

Lire aussi : L'Allemagne affirme sa responsabilité dans le génocide juif après les propos de Benjamin Netanyahou

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales