Libre de ne pas quitter le pays : l’éditorialiste néerlandaise arrêtée, toujours retenue en Turquie

© Capture d'écran compte Facebook @EbruUmar

La journaliste néerlandaise d’origine turque, qui a été interpellée par la police turque dans la nuit du 23 au 24 avril pour avoir diffusé des tweets visant le président turc, a été relâchée mais ne peut cependant toujours pas quitter la Turquie.

L'employée du journal Metro, Ebru Umar, a été relâchée le du 24 avril, quelques heures après son arrestation pour des tweets hostiles à l'égard du président Erdogan. Elle a confié à sa rédaction que, bien que libérée elle n’était toujours pas autorisée à quitter la Turquie pour retourner aux Pays-Bas. 

Selon le porte-parole du ministère néerlandais des Affaires étrangères, interrogé par RT, la journaliste «est libérée, mais elle doit rester en Turquie et se tenir à la disposition des autorités [turques]. Elle n’est plus en garde à vue, mais elle n’est pas libre d’aller où elle le souhaite.» Le porte-parole a néanmoins précisé que la journaliste «se portait bien», et qu’elle «était traitée de manière respectueuse».

La journaliste néerlandaise a été prise en charge par le Consulat honoraire des Pays-Bas en Turquie, dans la ville d’Izmir, et par un avocat affecté par le ministère néerlandais des Affaires étrangères.

Après sa libération, la journaliste a aussitôt partagé sur son compte Twitter ce qu’elle avait vécu au cours de sa détention. Elle a précisé que la police turque l’avait retenue en garde-à-vue du samedi 23 avril à 23 h, jusqu’au dimanche 24 avril à 16 h. Les policiers «ont d’abord été durs» avant de «s’irriter de mon manque de peur et (du sens) de la hiérarchie», a-t-elle écrit, avant d’ajouter qu'ils lui avaient signalé qu’ils suivaient simplement les ordres qu’ils leur avaient été donnés.

La journaliste a également tweeté que les avocats s’occupaient d’obtenir la suspension de l’interdiction de voyager, afin qu'elle puisse retourner aux Pays-Bas.

L’arrestation de la journaliste néerlandaise est survenue alors qu’une lettre du consulat de la Turquie aux Pays-Bas aurait été envoyée aux ressortissants turcs leur demandant de signaler tout message insultant à l’égard de Recep Tayyip Erdogan.

Les autorités turques ont déjà engagé quelque 2 000 poursuites judiciaires contre des personnes qui auraient tenu des propos jugés insultants envers la personne du président turc. 

Lire aussi : Le journaliste allemand interdit d'entrée en Turquie finalement expulsé

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales