La liberté d’expression, existe-t-elle encore en Turquie après l’arrestation d’une éditorialiste ?

© Capture d'écran du compte de Twitter

La police turque a arrêté une éditorialiste néerlandaise qui aurait insulté le président turc Recep Tayyip Erdogan dans un tweet. D’après le journal Metro où elle travaille, elle retournera aux Pays-Bas dès qu’elle sera libérée.

Ebru Umar, une journaliste néerlandaise d'origine turque qui écrit pour plusieurs journaux, y compris Metro, a été interpellée par la police turque dans la nuit du 23 au 24 avril à son domicile de Kusadasi, après qu’elle avoir diffusé quelques tweets visant le président turc Recep Tayyip Erdogan. Metro indique en outre que la police s’est saisie de son ordinateur. 

Ebru Umar a récemment rédigé une chronique très critique à l’égard du président turc dans le quotidien Metro après que le consulat général turc de Rotterdam a demandé à ses concitoyens vivant aux Pays-Bas de lui signaler les insultes exprimées sur les réseaux sociaux à l’encontre du président Erdogan.

«Nous sommes en contact avec elle et sa famille. Nous suivons cette affaire de près», a déclaré le porte-parole de la diplomatie néerlandaise à RT sans donner plus de détails. Pour le moment, le sort de la journaliste reste inconnu mais le ministère des Affaires étrangères néerlandais affirme qu’Ebru Umar souhaite émigrer aux Pays-Bas après sa libération.

Lire aussi : Parti Pirate à RT : la coopération avec les dictateurs comme Erdogan mène à la souffrance du peuple

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales