Le présumé tueur du pilote russe accusé de fraude et de mise en circulation de fausse monnaie

© Capture d'écran, compte Twitter @CelikAlparslan

Le combattant turc Alparslan Celik, revendiquant le meurtre du pilote russe du bombardier abattu par Ankara l’année dernière, a été chargé par la police turque pour des crimes sans rapport avec l’affaire à la suite de son arrestation le 31 mars.

Selon le quotidien Hurriyet, Alparslan Celik est accusé d’avoir aidé un prisonnier à fuir la ville turque d’Elazığ en 2014, et d’avoir distribué de monnaie contrefaite à deux reprises l’année dernière.

Il a aussi organisé frauduleusement une campagne de collecte de dons pour les Turkmènes, minorité turque vivant dans les régions à la frontière syrienne et s’est ensuite approprié l’argent.

De plus, le citoyen turc a été accusé d'avoir violé les conditions de sa précédente condamnation dans laquelle il était en liberté conditionnelle.

Alparslan Celik a été arrêté ensemble avec 13 autres hommes dans un restaurant à Izmir, dans l’ouest de la Turquie. La police a saisi sur place deux fusils d’assaut, six pistolets accompagnés de leurs munitions.

Le combattant a indiqué aux journalistes avoir voyagé vers la frontière syrienne en 2013, appelé à être nommé commandant en second d’une large unité turkmène qui luttait contre les troupes gouvernementales de Bachar el-Assad.

Alparslan Celik a revendiqué le meurtre du pilote russe, Oleg Pechkov, qui s'était éjecté de son avion après avoir été abattu par des F-16 turcs au-dessus de la frontière syrienne le 24 novembre.

Des médias turcs ont noté lui avoir posé des questions liées à l’incident, mais ses avocats lui ont empêché de répondre, précisant que l’affaire n’avait rien à voir avec les allégations actuelles.

«Les responsables seront punis»

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov a estimé qu’il était «trop tôt» pour dire si l’arrestation d’Alparslan Celik représentait un signal de rapprochement d’Ankara.

«Nous devons savoir de quoi il sera accusé finalement et comment le meurtre sera traité par les procureurs», a-t-il expliqué aux journalistes.

Le représentant russe a aussi insisté sur le fait que «les responsables de la mort de Pechkov seront punis». Il a aussi rappelé que la Turquie n’a jamais pris de mesures pour s’excuser de l’incident, qui avait été qualifié de «coup dans le dos» par Vladimir Poutine.

Lire aussi : «Si j’étais porte-parole d’Erdogan, je démissionnerais», a annoncé Dmitri Peskov

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales