Etats-Unis : nouvelle histoire d'abus sexuels sur un enfant adopté en Russie

Ralph et Carolyn Flynn© Santa Clara County Sheriff's Office
Ralph et Carolyn Flynn

Un citoyen russe de 23 ans, adopté par un couple de Californiens a déposé plainte contre ses parents, les accusant d'abus sexuels durant des années. Cette histoire ranime le spectre des abus d'enfants adoptés en Russie par des citoyens américains.

Denis Flynn, 23 ans, a été adopté par Ralph et Carolyn Flynn alors qu'il était agé de neuf ans. Dans un premier temps, le petit garçon, qui avait passé trois ans dans un orphelinat en Russie, voyait ce voyage comme la réalisation inespérée d'un rêve, celui d'avoir une famille aimante et une vie meilleure. 

«J'avais mon propre lit, ma propre télé, plein de belles choses, ce qu'on me donnait à manger était si bon ! On m'a laissé profiter de cette nouvelle vie pendant quelques mois», a expliqué Denis à San Jose Mercury News.

Le rêve du jeune homme s'est transformé en cauchemar lorsque son père adoptif, Ralph Flynn, aujourd'hui agé de 71 ans, aurait commencer à se livrer sur lui à des atouchements sexuels et des violences régulières.

Lire aussi : Dix pédophiles présumés arrêtés au Québec lors d'un raid policier

«Je savais que ce qu'il faisait était mal, mais j'avais tellement peur de retourner à l'orphelinat», explique Denis.

Très vite, les agressions sont devenues de plus en plus fréquentes, passant de «trois fois par mois à presque tous les jours, puis à plusieurs fois par jour, chaque matin, chaque après-midi et chaque soir». Lorsque le garçon a eu 15 ans, sa mère adoptive Carolyn Flynn, aujourd'hui agée de 44 ans, s'est mise elle aussi à abuser sexuellement de son fils.

Lire aussi : Au Japon, des poupées gonflables d’enfants pour rassasier les pédophiles suscitent le dégoût !

«Ça a été ma première fois. J'ai perdu ma virginité avec ma mère», a raconté Denis Flynn au bureau du shérif du comté de Santa Clara.

Le jeune homme explique que les viols se sont arrêtés lorsqu'il a eu 19 ans. Ses parents adoptifs l'auraient conditionné afin qu'il ne s'adresse pas à la police, mais les agressions n'ont jamais quitté son esprit. En 2012, il a tenté de se suicider, avant de finalement se confier à un psychologue.

Ce dernier a rapporté les faits au bureau du shérif, mais à l'époque Denis a refusé de porter plainte. Avec le temps et en s'éloignant de ses parents adoptifs, il a finalement trouvé la force d'aller voir les autorités en août 2015.

Après une enquête, Ralph et Carolyn Flynn ont été arrêtés en novembre dernier. Les deux individus font face à des dizaines de charges, notamment pour des «abus sexuels répétés sur mineur» et «inceste». En effet, aux Etats-Unis, un acte sexuel avec un parent, même adoptif, est considéré comme incestueux et donc illégal.

Le père adoptif fait face à 44 chefs d'accusation, dont 21 commis aux côtés de sa femme. Carolyn Flynn a elle été libérée sous caution pour un montant de 525 000 dollars (470 000 euros). Ralph Flynn est actuellement détenu au complexe pénitencier d'Elmwood. Sa caution a été fixée à 2,5 millions de dollars (2,25 millions d'euros).

Après son arrestation, l'homme a admis avoir abusé de Denis et lui a écrit une lettre d'excuse, dans laquelle il se défend en disant avoir été «aveuglé» par l'affection qu'il avait pour lui et regrette tout aujourd'hui, voulant repartir à zéro avec son fils adoptif.

Ralph Flynn est soupçonné d'autres cas d'abus sexuels, notamment sur un autre garçon qu'il a adopté en 1972 et dont il aurait abusé jusqu'à l'âge de sa majorité.

Les Flynn ont par ailleurs un fils biologique qui semble ne pas être au courant des agressions auxquelles se livraient ses parents au domicile familial.

Un juge de Californie a interdit aux avocats des deux parties d'évoquer l'affaire devant les médias. Denis Flynn se prépare lui, à commencer une nouvelle vie. Il a affirmé aux détectives en charge de l'enquête ne pas avoir de haine envers ses parents adoptifs.

«Je veux que les gens sachent que ce qu'ils m'ont fait est mal», a-t-il déclaré, ajoutant qu'il espère que son témoignage donnera la force à d'autres victimes d'abus de parler.

Le sort malheureux des enfants russes adoptés aux Etats-Unis continue de faire polémique

Viols, abus sexuels et mauvais traitements d'enfants russes par des familles adoptives américaines sont malheureusment devenus récurrents aux Etats-Unis et constituent un sujet de discorde entre Washington et Moscou.

En Russie, l'adoption d'enfants par des étrangers a été autorisée en 1992. Mais le 1er janvier 2013, une nouvelle loi fédérale est entrée en vigueur. Portant le nom de «Loi Dima Iakovlev», elle interdit l'adoption d'enfants russes par des citoyens américains.

En 2008, le jeune Dima Iakovlev est décédé, suite à de graves négligences de la part de ses parents adoptifs qui l'ont abandonné durant neuf heures sur un parking dans une voiture, sous une température de 50 degrés. 

Autre cas qui a provoqué la polémique, celui de Mark Newton, un Américain accusé d’avoir violé son fils adoptif russe pendant au moins six ans. Avec son compagnon australien Peter Truong, il avait adopté l’enfant en Russie en 2005, après avoir payé une mère porteuse 8 000 dollars et falsifié des documents officiels. Il a été condamné à 40 ans de prison et 400 000 dollars d’amende en juin 2014.

En 24 ans, entre 45 000 et 50 000 enfants russes ont été adoptés par des citoyens américains. En 2016, environ 20 cas de décès sont connus des autorités, d'après le quotidien russe KP. 

Lire aussi : Suède : de jeunes libéraux proposent de légaliser l'inceste et la nécrophilie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales