En Grande-Bretagne, les violeurs vont être déchus de leur nationalité et expulsés

© Kacper Pempel Source: Reuters

Après la découverte de réseaux de violeurs asiatiques sévissant au Royaume-Uni, le ministère de l’Intérieur a décidé d’augmenter la répression en retirant aux criminels leur nationalité et en les expulsant à la fin de leur peine.

Si jusqu’à présent, les mesures étaient surtout réservées aux terroristes potentiels ou avérés, la situation pourrait bien changer, révèle le journal britannique The Independent.

En effet, la ministre de l’Intérieur Theresa May planifierait d’étendre les moyens de répression à l’égard des grands criminels disposant de la double nationalité. Aussi, se préparerait-on à assister en Grande-Bretagne à une «accélération des retraits de passeports et des expulsions potentielles», rapportent des sources du département au journal.

La mesure devrait d’ailleurs frapper sans attendre six membres, hommes et femmes, pakistano-britanniques du gang de Rotherham, condamné récemment pour viol, prostitution forcée et attentat à la pudeur.

En signe de la nouvelle approche, le ministère de l’Intérieur a récemment sanctionné le chef pakistano-britannique d’un gang de pédophiles situé à Rochdale, qui avait été condamné en 2012. Un tribunal spécial d’immigration vient de finir d’auditionner les appels contre la décision de May de mettre fin à leur nationalité britannique et à lancer les procédures d'expulsion.

En France, le débat sur la déchéance de nationalité est également un sujet brûlant d'actualité. Mais si la mesure est désormais inscrite dans la constitution française, elle reste réservée aux auteurs d'actes terroristes. Elle ne fait par ailleurs pas l'unanimité au sein du gouvernement puisque la nouvelle ministre du Logement Emmanuelle Cosse a récemment affirmé publiquement qu'elle était opposée à cette mesure.

Lire aussi : Emmanuelle Cosse : à peine ministre, elle réaffirme son opposition à la déchéance de nationalité

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales