Au Japon, des poupées gonflables d’enfants pour rassasier les pédophiles suscitent le dégoût !

En produisant des poupées gonflables de petites filles qu'il met à disposition de pédophiles, l'entrepreneur japonais estime lutter contre les abus sur mineurs.© Vincent Kessler Source: Reuters
En produisant des poupées gonflables de petites filles qu'il met à disposition de pédophiles, l'entrepreneur japonais estime lutter contre les abus sur mineurs.

Si leur fondateur les présente comme une forme «éthique» de pédophilie, les poupées sexuelles représentant des enfants ne sont pas du goût de centaines d’internautes qui se sont plaints de l’initiative sur les réseaux sociaux.

Pour Shin Takagi, dirigeant de l’entreprise Trottla, qui produit des imitations de corps de petites filles, dont l’âge descend jusqu’à environ cinq ans, l’initiative est une véritable arme pour combattre les abus sexuels sur les mineurs, «aidant les gens à exprimer leurs désirs légalement et de manière éthique», comme il l’explique dans un entretien au magazine américain The Atlantic.

Mais si l’homme assure qu’il reçoit des lettres de personnes le remerciant pour avoir créé ces poupées qui les «empêchent de commettre un crime», le moins que l’on puisse dire, c'est que son initiative ne fait pas l’unanimité sur le réseau social Twitter.

Lire aussi : Après des rapports sexuels avec 12 000 femmes, un pédophile japonais condamné avec sursis

Qualifié d’«entrepreneur véreux» par une internaute, Shin Takagi est également accusé d’«appeler à la pédophilie». 

Un autre twittos qualifie l’initiative d’«absolument ridicule». Sur le site du journal britannique The Independent, un lecteur, John Vianny se demande si le fait d’autoriser des pédophiles à disposer de poupées gonflables dont les détails anatomiques correspondent à des enfants en bas âge ne «les pousse pas à le faire dans le monde réel». «Je pense que cela l’encourage ; tôt ou tard, ils voudront avoir une personne réelle plutôt que du plastique», conclut-il.

«Je n’ai jamais entendu quelque chose d’aussi dégoûtant de ma vie», renchérit une autre internaute, Shauna Rossiter, sur le site du quotidien britannique The Mirror.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales