En Indonésie, être homosexuel, c'est être «fou» ?

© Nguyen Huy Kham Source: Reuters

Selon un maire, une mauvaise nutrition lors de l'allaitement entraîne l'homosexuelité des enfants quelques années plus tard. Ces déclarations arrivent sur fond d'évolution des mentalités en Indonésie, qui deviennent chaque jour plus conservatrices.

Prenant la parole lors d'un séminaire portant sur la grossesse dans le bureau de la Santé de la ville de Tangerang, à l'ouest de la capitale Jakarta, le maire de la ville, Arief R. Wismansyah a dit à l'auditoire : «Pour que les enfants indonésiens soient en bonne santé, qu'ils soient intelligents et productifs, la chose la plus importante est de leur fournir dès leur plus jeune âge, une alimentation saine, en particulier lors de l'allaitement.»

Lire aussi : Nike annule son contrat avec le boxeur philippin Pacquiao après ses propos homophobes

Jusque là, rien de très exceptionnel. Sauf que le maire a ensuite ajouté : «Il n'est donc pas étonnant que, récemment, il y ait de plus en plus de LGBT.»

L'histoire, rapportée sur le site du site indonésien Okezone, dit aussi que le maire de Tangerang a enchaîné son discours en disant qu'Allah avait créé les hommes «par paires justes, à savoir - Adam et Eve, pas Adam et Asep [prénom masculin]».

L'homosexualité, une maladie devant être «soignée» ?

Bien que l'homosexualité ne soit pas illégale en Indonésie, le pays connaît depuis plusieurs années une évolution des mentalités vers des attitudes plus conservatrices. Ainsi, les remarques de Arief R. Wismansyah ne sont que les dernières d'une série de commentaires de hautes figures de l'Etat sur la communauté LGBT dans le pays.

Le Jakarta Post a notamment déclaré que l'Association indonésienne des psychiatres, avait récemment classé l'homosexualité comme «trouble mental».

Suzy Yusna Dewi, une membre de l'association a par exemple déclaré : «Ce sont des sujets qui nous préoccupent vraiment. Nous sommes vraiement inquiets que ces tendances sexuelles déviantes puissent devenir communément acceptées dans notre société.»

Selon le département de la Santé Mentale et des Troubles mentaux, les personnes homosexuelles et bisexuelles sont désormais classées comme ayant des «problèmes psychiatriques» et les personnes transgenres comme ayant des «troubles mentaux».

Lire aussi : La Marche des fiertés de Jérusalem

Le département a également suggéré que la sexualité déviante d'une personne est semblable à un comportement addictif, affirmant : «Sans une intervention, une aide et des soins constants, une personne peut facilement revenir à sa tendance sexuelle précédente, même après l'avoir abandonnée.»

Selon Suzy Yusna Dewi, le mariage entre personnes de même sexe n'est pas accepté par la culture indonésienne. «Nous ne devons pas céder à l'influence des valeurs étrangères occidentales qui sont incompatibles avec nos valeurs», a-t-elle déclaré à The Independent.

Lire aussi : Gay Pride d’Istanbul : Canons à eau et flashball gâchent la fête

Par ailleurs, le porte-parole du ministère des Communications Ismaïl Cawidu, a déclaré au journal indonésien Republika, que le thème de la communauté LGBT serait banni des modes de communication de type «Emoji» (émoticônes représentant des expressions d'humeur, largement répandues chez les utilisateurs de smartphones et de réseaux sociaux).

«Aucun média social ne peut afficher des éléments en lien avec la communauté LGBT. Car nous avons nos propres règles, nos propres valeurs et normes religieuses. Et celles-ci doivent être respectées», a-t-il déclaré.

Pink News, le magazine de la communauté LGBT, a rapporté que le pays se préparait également à interdire le média social Tumblr en raison de contenu LGBT qui peut y figurer, en vertu de la loi sur la protection contre la pornographie qui date de 2008.

Lire aussi : Le Mozambique devient le troisième pays d'Afrique à dépénaliser l'homosexualité

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales