Israël : moins de flashs sur les routes, plus de repos pour les policiers

- Avec AFP

Israël : moins de flashs sur les routes, plus de repos pour les policiers© Baz Ratner Source: Reuters
En Israël, si vous voulez vraiment vous faire flasher sur l'autoroute, roulez à 250 km/h

Les chauffards israéliens s'étonnaient de ne pas recevoir d'amende malgré les nombreux radars. la police trafiquait en fait délibérément les caméras de contrôle de vitesse pour avoir moins de contraventions à traiter, selon un rapport public.

Sur un axe majeur de Jérusalem, la route de Hébron, les radars étaient réglés pour se déclencher à 150 km/h alors que la vitesse autorisée est de 80 km/h. Sur une des principales avenues de Tel-Aviv, le boulevard Namir, où la vitesse est théoriquement réduite à 60 km/h, il fallait rouler à 250 km/h (!) pour se faire flasher, indique ce rapport aux conclusions publiées jeudi dans la presse.

«La police a tout simplement traficoté les radars parce qu'elle était incapable de faire face à l'afflux de contredanses suscité par la mise en place d'un nouveau réseau de caméras», dit le rapport du contrôleur d'Etat, chargé de vérifier la légalité des politiques et des pratiques de l'Etat, ainsi que le bon usage des fonds publics.

Lire aussi : L'épouse du Premier ministre israélien entendue par la police pour abus de biens publics

Le gouvernement israélien a décidé en 2005 d'installer 300 radars sur les routes du pays, pour un coût de 100 millions de shekels (environ 23 millions d'euros).

Selon ce rapport, la police annule aussi systématiquement les amendes pour excès de vitesse de ses hommes en dehors de leurs heures de service. Les policiers flashés mentent fréquemment en disant que c'était pour les besoins du travail.

Lire aussi : Israël : les comptes du couple Netanyahou font l'objet d'une enquête

La police a fait sauter près de 1 400 contraventions, soit plus de la moitié (53%) délivrées contre ses membres entre 2012 et 2015, dit le rapport.

Cette affaire, après la mise en cause de hauts responsables pour harcèlement sexuel au sein de la police, contribue encore un peu plus à discréditer les forces de l'ordre auprès du public, soulignent les médias.

Lire aussi : Ehud Olmert, premier chef de gouvernement israélien sous les verrous

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»