La Turquie veut la création d’une ligne de sécurité à l’intérieur de la Syrie, incluant Azaz

Le bombardement de la ville de Diyarbakir Source: Reuters
Le bombardement de la ville de Diyarbakir

La Turquie souhaite la création d’une zone de sécurité située à dix kilomètres à l’intérieur de la Syrie au niveau de sa frontière sud, incluant la ville de Azaz, a affirmé le 17 février le vice-Premier ministre, Yalcin Akdogan.

«Nous voulons la création d’une bande de sécurité, incluant Azaz, dix kilomètres à l’intérieur de la Syrie, et cette zone devra être exemptée de combats», a déclaré Yalcin Akdogan à la chaîne de télévision AHaber.

Lire aussi : Changement de cap ? Merkel souhaite une zone d’exclusion en Syrie

La Turquie a bombardé les forces kurdes syriennes dans le nord de la Syrie durant quatre jours consécutifs lors des efforts d’Ankara destinés à empêcher les YPG (Unités de Protection du Peuple Kurde) de s’emparer de la ville d’Azaz, située à huit kilomètres de la frontière turque.

Un officiel turc a déclaré le 16 février qu’Ankara demanderait à ses partenaires de la coalition, incluant les Etats-Unis, de se joindre à une intervention au sol en Syrie. «La Turquie ne mènera pas d’intervention au sol de façon unilatérale. Nous demandons à nos partenaires de la coalition qu’il y ait une intervention au sol. Nous discutons de cela avec nos alliés», a déclaré cet officiel à des reporters lors d’un briefing à Istanbul. «Nous voulons une intervention au sol. S’il y a un consensus, la Turquie en fera partie. Sans intervention au sol, il est impossible d’arrêter cette guerre».

Il a affirmé que les militaires turcs rendraient la base aérienne syrienne de Menagh «inutilisable» si les troupes du YPG ne se retiraient pas de la zone, dont ils s'étaient précédemment emparés après avoir défait des combattants islamistes.

La Turquie s’inquiète de la progression des Kurdes syriens dans le nord de la Syrie. Washington et Paris ont tous deux appelé le pays à cesser ses pilonnages d’artillerie sur les cibles kurdes en Syrie. «Nous sommes préoccupés par la situation au nord d’Alep et nous travaillons à faire retomber les tensions des deux côtés», a fait savoir le porte-parole du département d’Etat, John Kirby, dans un communiqué. «Nous avons aussi eu connaissance de tirs d’artillerie émanant du côté turque de la frontière et nous pressons la Turquie de cesser ces tirs», a-t-il affirmé.

Lire aussi : La diplomatie turque contrariée par l'attitude de Paris face à ses opérations en Syrie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales