Pour Geert Wilders, les réfugiés musulmans de sexe masculin doivent être internés

Pour Geert Wilders, les réfugiés musulmans de sexe masculin doivent être internés Source: Reuters

Le député néerlandais connu pour ses dérapages islamophobes récidive. Le 18 janvier, il a affirmé dans une vidéo que les réfugiés masculins de confession musulmane représentaient une menace pour les Néerlandaises.

Le député controversé justifie sa mesure arbitraire en s'appuyant sur les dernières agressions à caractère sexuel survenues lors de la nuit de la Saint-Sylvestre à Cologne. Selon lui, la seule solution pour mettre fin à ce qu'il considère comme du «tourisme sexuel», c'est la fermeture pure et simple des frontières afin de protéger les femmes qui, semble-t-il, seraient en «en danger» face à des réfugiés de sexe masculin qu'il a renommés pour l'occasion «bombes de testostérone islamiques». «Je propose que nous enfermions tous les réfugiés de sexe masculin dans les centres pour demandeurs d’asile», a-t-il donc proposé.

Malgré l’incongruité de ses propos, son Parti pour la liberté (PVV) continue de caracoler en tête des sondages. Si les élections législatives prévues l'année prochaine se déroulaient aujourd'hui, le parti remporterait 36 siège au parlement contre 24 sièges en 2010, année de sa percée historique dans le paysage politique néerlandais. Cette popularité particulièrement solide arrive à un moment où les Pays-bas ont accueilli un nombre record de réfugiés. A la fin du mois de novembre, pas moins de 54 000 demandes d'asile avaient été enregistrées.

En mars prochain, Geert Wilders doit être jugé pour incitation à la haine et à la discrimination. L'affaire concerne une soirée après les municipales de mars 2014, où il avait harangué ses partisans à La Haye, leur demandant s'ils désiraient «plus ou moins de Marocains dans votre ville et aux Pays-Bas». «Moins ! Moins ! Moins !», avaient alors scandé ses partisans, ce à quoi le leader nationaliste avait répondu: «Nous allons nous en charger». Après cette déclaration, plus de 6 000 plaintes avaient alors été déposées.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»