La Turquie aurait libéré les 15 intellectuels détenus pour avoir critiqué l’opération anti-Kurde

© Navesh Chitrakar Source: Reuters

L’agence d’information d’Etat turque a annoncé la libération, après interrogatoire, des 15 personnes qui avaient été interpellées pour avoir signé une déclaration dénonçant les opérations militaire du gouvernement contre les militants kurdes.

Les individus libérés sont des intervenants de l’université de Kocaeli, dans le nord-ouest. Trois autres personnes de l’Université d’Uludag sont toujours incarcérées. Entretemps, les autorités ont interpelé un académicien, a affirmé l'agence Anadolu.

Cette nouvelle vague d'arrestation survient après l'ouverture d'une enquête contre 1 200 universitaires, dont des personnalités célèbres comme l'activiste américain Noam Chomsky ou le géographe anglais David Harvey, accusés de participer à la «propagande terroriste» après avoir signé une déclaration baptisée «Nous ne ferons pas partie de ce crime», condamnant les opérations militaires contre les rebelles kurdes dans le sud-est du pays.

Le texte appelait les autorités d’Ankara à mettre un terme au «massacre et à la tuerie» dans le sud-est de la Turquie et à lever le siège des villes kurdes. La déclaration accusait aussi le président Erdogan de mener une guerre contre son propre peuple.

«La responsabilité de la présente crise auto-infligée dans le pays, incombe directement à Erdogan, qui perçoit les Kurdes (…) comme des obstacles à son plan d’établir le règne suprême de la présidence turque», peut-on y lire.

Le Premier ministre Ahmet Davutoglu s’est exprimé publiquement contre les signataires jeudi 14 janvier, en déclarant : «C’est vraiment très triste que certains de nos universitaires aient signé une telle déclaration alors que nous combattons le terrorisme. Chaque jour, nous combattons le terrorisme international, comme Daesh, et l’organisation séparatiste terroriste qui tue des civils (…). Nous travaillons pour assurer la vie et la sécurité de nos citoyens».

Peu avant, Sedat Peker, un célèbre repris de justice qui promeut l’idée du panturquisme, a proféré des menaces de mort contre les intellectuels signataires. «Nous ferons couler votre sang par rivières et nous nous doucherons dans votre sang», avait-il écrit sur son site, baptisé «Les soi-disant intellectuels, le glas sonnera d’abord pour vous».

Le président de la Turquie lui-même a qualifié la déclaration de «trahison», appelant à l'ouverture d'une enquête judiciaire. «Un groupe qui se qualifie d’intellectuels a vu le jour et a craché sa haine contre l’Etat et la nation en prenant publiquement position au côté de l’organisation terroriste [le Parti des travailleurs du Kurdistan]», a-t-il ajouté.

En retour, Noam Chomsky, linguiste et philosophe américain, a qualifié Erdogan d’hypocrite, l'accusant de double standard par rapport au terrorisme et de soutenir des organisations terroristes.

«La Turquie accuse Daesh [pour l’attaque d’Istanbul], qu’Erdogan a soutenu de nombreuses manières, tout en supportant le Front al-Nosra, qui est à peine différent. Il a ensuite lancé une diatribe contre ceux qui condamnent ses crimes contre les Kurdes – qui s’avèrent être les principales forces d’opposition de terrain contre Daesh en Syrie et en Irak. Que faut-il dire de plus ?», a déclaré l’intellectuel américain.

La confrontation entre les forces turques et les combattants kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), déclaré illégal par Ankara, se poursuit depuis juillet. Erdogan a d'ailleurs annoncé qu'il entendait continuer à mener des opérations dans le sud-est jusqu'à ce que la zone soit totalement dépourvue de militants kurdes.

Si le gouvernement a affirmé qu'il n'avait tué que des membres du PKK, des organisations turques de défense des droits de l'Homme estiment qu'au moins 160 civils auraient également péri dans la répression.

Les Kurdes réclament depuis longtemps le droit à l’autodétermination et à plus d’autonomie en Turquie, où ils représentent la plus grande minorité ethnique. Fin décembre, un congrès d’ONG kurdes ont appelé à accorder plus d’autonomie à la région par la voie de réformes constitutionnelles. 

Lire aussi : Turquie : un attentat attribué au PKK fait cinq morts et 39 blessés (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales