Human Rights Watch demande aux Etats-Unis de cesser d'armer l'Arabie saoudite

Un paysage yéménite dévasté après des frappes de la coalition menée par l'Arabie saoudite.© Khaled Abdullah Ali Al Mahdi Source: Reuters
Un paysage yéménite dévasté après des frappes de la coalition menée par l'Arabie saoudite.

L'organisation Human Rights Watch a exhorté les Etats-Unis de cesser de vendre bombes et munitions à Riyad sur fond de frappes aveugles de la coalition menée par les forces saoudiennes au Yémen.

L'organisation internationale de défense des droits de l'Homme basée à New York, a indiqué qu'«en l'absence d'enquêtes sérieuses sur les violations possibles des lois martiales au Yémen», aucunes armes ne devaient être envoyées à Riyadh. 

Le 17 novembre dernier, le Pentagone a en effet déclaré que le Département d'Etat américain avait approuvé la vente de bombes intelligentes aux forces saoudiennes d'une valeur de 1,29 milliards de dollars US (1,20 milliards d'euros).

Il a également approuvé la vente de stock de munitions appelés Joint Direct Attack Munitions (JDAM) pour une valeur de 380 millions de dollars US (356 millions d'euros) aux Emirats Arabes Unis, qui font partie de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen. 

«Cette vente sert à réapprovisionner la Royal Saudi Air force, qui voit ses stocks de munitions s'épuiser en raison de l'intensité des opérations militaires anti-terroristes au Yémen», a indiqué le communiqué. 

«Fournir les Saoudiens en bombes toujours plus nombreuses dans ces circonstances est la meilleure façon de provoquer un nombre encore plus important de décès de civils, ce dont les Etats-Unis seront en partie responsables», a affirmé Human Rights Watch.

Le directeur adjoint de HRW au Moyen-Orient et Afrique du Nord Joe Stork a constaté que le gouvernement américain était «bien conscient des attaques aériennes aveugles de la coalition dirigée par l'Arabie qui ont tué des centaines de civils au Yémen depuis Mars». 

L'organisation a également raporté de nombreuses frappes aériennes illicites sur des lieux fréquentés tels que les marchés et où aucune cible militaire évidente n'était à signaler. Ces attaques auraient causé la mort de centaines de civils, selon HRW.

Les États-Unis ont de fait, joué un rôle direct dans la coordination des opérations aériennes de la coalition, selon les responsables militaires américains. Ainsi, selon HRW, la participation des forces américaines dans des attaques spécifiques peut les rendre responsables de possibles violations des lois martiales par la coalition.

En savoir plus : Crimes de guerre et transferts d'armes, le rapport d'Amnesty qui accuse la coalition arabe au Yémen

«Jusqu'à ce que l'Arabie saoudite fasse des investigations sur les frappes illégales de la coalition et prenne des mesures approprées, les États-Unis ne devraient pas leur fournir plus de bombes», a déclaré Stork. 

En vertu des lois martiales, les parties belligérantes doivent prendre toutes les précautions possibles pour éviter toutes pertes civiles. Les bélligérents d'un conflit ont également pour obligation d'enquêter sur toute éventuelle possibilité de violation des lois martiales et de sanctionner les responsables de ces violations.

En savoir plus : Un hôpital MSF touché par des frappes de la coalition arabe au Yémen

Les responsables saoudiens n'ont pas répondu aux demandes répétées de Human Rights Watch à livrer des informations sur des frappes aériennes spécifiques causant des pertes civiles.

Une coalition de plusieurs pays arabes dirigée par l'Arabie saoudite mène des opérations militaires au Yémen contre les rebelles Houthis depuis la fin mars 2015. L'ONU a indiqué que les combats au Yémen avaient tué plus de 2 500 civils majoritairement lors des frappes aériennes de la coalition.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales