Fustigeant les scandales de corruption au Parlement européen, Orban suggère sa dissolution

Fustigeant les scandales de corruption au Parlement européen, Orban suggère sa dissolution© Attila KISBENEDEK Source: AFP
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban lors de sa conférence de presse annuelle le 21 décembre 2022.
Suivez RT France surTelegram

En raison des scandales de corruption qui minent le Parlement européen, Viktor Orban a soumis l'idée de sa dissolution lors de sa conférence de presse annuelle. Le Premier ministre hongrois a par ailleurs critiqué les sanctions contre la Russie.

Lors de sa conférence de presse annuelle le 21 décembre, le Premier ministre hongrois Viktor Orban n'a pas mâché ses mots à l'égard de ses partenaires européens. «Les Hongrois souhaiteraient que le Parlement européen soit dissous sous sa forme actuelle», a-t-il taclé.

Ses propos font écho au récent scandale de corruption au sein du Parlement européen. La vice-présidente de l'institution européenne Eva Kaili est accusée d'avoir reçu directement de l'argent du Qatar pour défendre les intérêts de l'émirat alors que celui-ci accueillait la Coupe du monde de football.

Le chef du gouvernement hongrois estime que ce scandale «attire l'attention sur le fait que les parlements nationaux disposent d'un système de contrôle plus solide», ajoutant que les législateurs des parlements des Etats membres devraient être délégués au Parlement européen, au lieu d'être élus séparément.

«Et ils [les partenaires européens] connaissent évidemment notre position politique : le marécage doit être asséché», renchérit Viktor Orban, qui reprend à son compte un slogan souvent utilisé par l'ancien président américain Donald Trump («Drain the swamp»), dont il partage certaines orientations politiques, notamment sur la question migratoire.

Orban : «Si cela dépendait de nous, il n'y aurait pas de politique de sanctions»

Au cours de cette conférence de presse, le Premier ministre hongrois s'en est également pris à la politique des sanctions européennes contre la Russie. «Si cela dépendait de nous, il n'y aurait pas de politique de sanctions», a-t-il déclaré, précisant qu'il était de l'intérêt de la Hongrie de maintenir une coopération avec la Russie. Le pays d'Europe centrale dépend fortement des importations d'énergie russe. Le 7 décembre, Budapest avait opposé son veto à une aide financière européenne de 18 milliards de dollars à l'Ukraine.

De surcroît, l'homme d'Etat hongrois a dénoncé la «hongrophobie» régnant selon lui dans les cercles dirigeants de l'Union européenne, celle-ci conditionnant le versement de fonds réservés à Budapest à la mise en œuvre de réformes anti-corruption.

Un compromis a finalement été trouvé mi-décembre lorsque les Etats membres ont accepté de réduire le montant des sommes gelées, mais près de 12 milliards d'euros demeurent suspendus, l’UE jugeant «insuffisantes» les mesures déjà adoptées par Budapest, qui a levé son veto à l'impôt minimum sur les multinationales et à une aide de 18 milliards d'euros à l'Ukraine. Plus précisément, 6,3 milliards doivent être versés à la Hongrie dans le cadre du budget européen 2021-2027 d'une part, et 5,8 milliards au titre du plan de relance post-Covid d'autre part.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix