Ilia Iachine condamné à 8 ans et demi de prison pour «diffusion d'informations fausses sur l'armée»

Ilia Iachine condamné à 8 ans et demi de prison pour «diffusion d'informations fausses sur l'armée»© Yury Kochetkov/Pool Photo via AP
Ilia Iachine, avant l'audience du 9 décembre 2022 à Moscou, en Russie.
Suivez RT France surTelegram

L'opposant russe Ilia Iachine a été condamné à huit ans et demi d'incarcération en colonie pénitentiaire par un tribunal moscovite, considérant que l'ex-député municipal avait diffusé de fausses informations sur l'armée russe.

«Le tribunal Mechtchansky de Moscou a condamné ce 9 décembre l'ancien député municipal Ilia Iachine à huit ans et demi de colonie de régime général pour avoir diffusé des informations fausses sur l'armée russe», rapporte un correspondant de RIA Novosti depuis la salle d'audience.

Selon l'enquête, citée par l'agence de presse russe, Ilia Iachine avait diffusé en avril de fausses informations sur le meurtre présumé de civils à Boutcha, dans une vidéo diffusée en direct sur sa chaîne YouTube. Le Comité d'enquête russe estime que l'homme politique «savait de source sûre» que les «photos et vidéos publiées par le régime de Kiev» sur Boutcha «étaient une provocation». Partant, selon le juge, Ilia Iachine a «créé une menace réelle de formation d'une attitude négative envers les forces armées et une fausse perception des objectifs de l'opération militaire spéciale».

Le tribunal a également pris comme décision d'interdire à Ilia Iachine d'administrer des sites web pendant quatre ans après sa libération, et a maintenu la saisie opérée sur ses comptes.

Le verdict n'est pas encore entré en vigueur et peut faire l'objet d'un appel dans les dix jours, précise RIA Novosti.

L'UE dénonce une décision «politiquement motivée et inacceptable»

Selon l'AFP, Ilia Iachine a dénoncé, dans une intervention en direct sur YouTube, «le meurtre de civils» dans la ville ukrainienne de Boutcha, près de Kiev.

Pour rappel, le président russe Vladimir Poutine avait dénoncé en avril dernier une «provocation brutale et cynique du régime de Kiev» dans la ville de Boutcha près de Kiev, après que l'Ukraine et les Occidentaux avaient accusé l'armée russe d'y avoir tué de nombreux civils. Deux narratifs s'affrontent au sujet des crimes présumés dans cette ville : le ministère russe de la Défense affirme que ses forces se sont complètement retirées de la ville le 30 mars et que les «preuves de crimes» ne sont apparues que quatre jours plus tard, lorsque des agents des services de sécurité ukrainiens sont arrivés dans la ville ; des images satellites américaines, à l'inverse, témoigneraient de la présence de corps gisant dans une rue de cette ville depuis la mi-mars.

L'AFP rapporte qu'Ilia Iachine a accueilli la décision du tribunal «en riant, pendant que ses soutiens poussaient des cris d'indignation dans la salle d'audience.» L'avocate du militant, Maria Eismont, a indiqué qu'elle ferait appel de la décision, tout en soulignant que son client assumait les déclarations pour lesquelles il était jugé.

S'exprimant publiquement sur cette décision de justice russe, l'Union européenne a fustigé dans un communiqué une décision «politiquement motivée et inacceptable», réclamant la libération «immédiate» d'Ilia Iachine et de «tous les autres prisonniers politiques en Russie».

L'opposant était poursuivi sur la base d'une loi adoptée fin mars en Russie, qui prévoit des sanctions contre la «diffusion publique d'informations sciemment fausses» sur l'action des organes de l'Etat russe à l'étranger, notamment au regard de l'offensive militaire en Ukraine lancée fin février. Une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à 15 ans est prévue par cette loi.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix