Mali : au moins 15 soldats et trois civils tués dans plusieurs attaques djihadistes coordonnées

- Avec AFP

Un homme soupçonné d'avoir participé à une attaque terroriste déjouée gît immobile sur le sol après avoir été battu par la foule, devant la base militaire de Kati, au Mali, le 22 juillet 2022. Source: AFP
Les attaques du groupe terroriste Katiba Macina, affilié à Al-Qaïda, qui a coordonné plusieurs attaques au Mali (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

De nouvelles attaques attribuées à des djihadistes ont provoqué le 27 juillet la mort d'au moins 15 militaires et trois civils au Mali. Une résurgence d'attaques terroristes inédite dans le pays depuis 2012.

Au moins 15 soldats maliens et trois civils ont été tués ce 27 juillet dans trois attaques coordonnées et attribuées à des djihadistes, ce qui porte à 11 leur nombre en moins d'une semaine au Mali.

A Kalumba, près de la frontière mauritanienne, «le bilan côté ami est de 12 morts dont trois civils d'une entreprise de construction de route», selon un communiqué du colonel Souleymane Dembélé, directeur de l'information et des relations publiques de l'armée.

A Sokolo, dans le centre, l'armée malienne a fait état de six militaires morts et 25 blessés dont cinq graves. Elle affirme avoir tué 48 assaillants et «neutralisé trois Pick-up terroristes à 15 km de Sokolo avec des occupants estimés à une quinzaine de combattants et leurs équipements». Selon la même source, une troisième attaque s'est déroulée dans la nuit à Mopti (centre), sans faire de victime.

Des attaques qui se succèdent au Mali

Ces attaques interviennent cinq jours après celle de Kati, au cœur de l'appareil militaire malien, revendiqué par les djihadistes de la Katiba Macina, affiliée à Al-Qaïda. Cette attaque suicide commise avec deux camions piégés avait tué un soldat malien et fait six blessés dont un civil. La veille, une série de raids quasi-simultanés attribués à des djihadistes avaient frappé six localités différentes du Mali, dans les régions de Koulikoro (proche de Bamako) ainsi que de Ségou et Mopti (centre).

Des hommes armés identifiés par l'armée comme membres de la Katiba Macina avaient attaqué des postes de contrôle, notamment dans la localité de Kolokani à une centaine de kilomètres au nord de Bamako. Le 24 juillet, une nouvelle attaque, «déjouée» selon l'armée malienne, avait aussi visé le camp de la garde nationale de Sévaré.

C'est la première fois depuis 2012 que des attaques aussi coordonnées se déroulent en si grand nombre, dont certaines proches de la capitale. Le Mali, pays enclavé au coeur du Sahel, a été le théâtre de deux coups d'Etat militaires en août 2020 et en mai 2021. La crise politique va de pair avec une grave crise sécuritaire depuis le déclenchement, en 2012, d'insurrections indépendantistes et d'actions djihadistes sanglantes dans le nord. Malgré une situation sécuritaire très dégradée face à la propagation djihadiste qui a gagné une grande partie du pays ainsi que le Burkina Faso et le Niger voisins, le gouvernement malien s'est détourné de la France et de ses partenaires, mettant notamment fin à neuf ans de présence militaire française dans le pays, via les opérations Serval, Barkhane et Takuba.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix