Législatives : Dati signale Le Gendre pour «harcèlement sexuel et moral», une «calomnie» selon lui

- Avec AFP

Législatives : Dati signale Le Gendre pour «harcèlement sexuel et moral», une «calomnie» selon lui© DAVID NIVIERE/AFP
Gilles Le Gendre à l'Assemblée nationale, en avril 2020 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

La bataille des législatives vire au pugilat judiciaire dans la capitale, Rachida Dati ayant mis en cause le député LREM Gilles Le Gendre dans des affaires de harcèlement. Ce dernier accuse en retour l'élue de dénonciation calomnieuse.

«Rachida Dati sort l’artillerie lourde», constate Le Parisien à propos de la bataille des législatives de juin 2022 dans les quartiers huppés de la capitale. Celle-ci a en effet tourné au pugilat judiciaire, après le signalement déposé le 30 mai par la chef de file de la droite parisienne à l'encontre du député La République en marche (LREM) Gilles Le Gendre pour «harcèlement moral et sexuel», ce qu'il a jugé être une manœuvre.

Révélé par Le Parisien et le Canard Enchaîné, le signalement mettant en cause le député macroniste – ancien président du groupe parlementaire LREM à l'Assemblée nationale de septembre 2018 à septembre 2020 – a été effectué au titre de l'article 40 du code pénal qui contraint toute autorité à dénoncer un délit ou crime dont elle aurait la connaissance. Il s'appuie sur un communiqué syndical de collaborateurs parlementaires de février 2020, qui avaient signalé des délits de harcèlement concernant au moins un député du groupe et qui dénoncé «les allégations mensongères» de Gilles Le Gendre. Celui-ci avait affirmé «ne pas avoir connaissance de cas précis de harcèlement moral et sexuel à l’Assemblée nationale». Pour l'ancienne ministre de la Justice, il pourrait s'agir d'une non-dénonciation de délit.

Rachida Dati affirme par ailleurs que Gilles Le Gendre a lui même fait l’objet de mises en causes publiques quant à des « comportements inappropriés» à l’égard d’au moins une collaboratrice parlementaire, fondant ses accusations sur un article de Mediapart publié le 25 mai 2022. Elle reprend, en outre, des propos de l'ex-député LREM Joachim Son-Forget sur Facebook le 28 mai, accusant Gilles Le Gendre d'être «soupçonné lui-même d’abus sexuels qui [lui] ont été rapportés directement par les victimes présumées». «Je connais tous les détails. J’ai des noms et des témoins», avait assuré l'ex-député de la majorité, qui a salué dans un message publié le 1er juin «le courage» de Rachida Dati.

Gilles Le Gendre enclenche des poursuites pour «dénonciation calomnieuse»

L'entourage de Gilles Le Gendre a d'abord dénoncé une «pure calomnie» et assimilé la démarche de Rachida Dati à de «basses manœuvres politicardes», rapporte Le Parisien. Le candidat s'est ensuite exprimé dans un communiqué : «A quelques jours d'une élection dans une circonscription dont je suis le député sortant, […] il est facile d'imaginer les motivations de cette témoin de moralité autoproclamée», a-t-il fustigé. L’ancien président du groupe parlementaire des Marcheurs, qui dit avoir déjà été confronté à ces rumeurs en interne avant d'en sortir blanchi, annonce avoir demandé à son avocat d'engager des poursuites «pour dénonciation calomnieuse contre celles et ceux qui y ont pris part».

Candidat à sa propre succession dans la 2e circonscription de la capitale, Gilles Le Gendre a pour principal concurrent Jean-Pierre Lecoq, maire LR du 6e arrondissement. La majorité présidentielle détient 14 des 18 circonscriptions parisiennes, dont seulement deux sont détenues par des députés LR.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix