Damien Abad «conteste avec la plus grande force» les accusations de viol contre lui

- Avec AFP

Damien Abad© Ludovic Marin / POOL Source: AP
Damien Abad est devenu ministre macroniste après avoir été le chef de file des députés de l'opposition LR (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le nouveau ministre des Solidarités réfute les accusations de violences sexuelles à son encontre, après un article de Mediapart. De son côté, le parquet de Paris a confirmé avoir «été destinataire le 20 mai d'un signalement».

Damien Abad conteste le 22 mai «avec la plus grande force [les] accusations de violences sexuelles», portées contre lui et dévoilées dans Mediapart la veille au soir.

«Je conteste avoir exercé quelque forme de contrainte que ce soit sur aucune femme. Je conteste enfin tout abus de pouvoir lié aux fonctions que j’ai occupées», a-t-il ajouté, dans un communiqué. «Ces accusations relatent des actes ou des gestes qui me sont tout simplement impossibles à raison de mon handicap», a-t-il également argumenté dans des propos relayés par BFM TV.

Nommé le 20 mai ministre des Solidarités, de l'Autonomie et des Personnes handicapées, l'ex-président des députés LR est en effet atteint d'arthrogrypose.

Le parquet de Paris a confirmé à l'AFP avoir «été destinataire le 20 mai d'un signalement émanant de l'Observatoire des violences sexistes et sexuelles». «Il est en cours d'analyse», a-t-il complété.

Il a par ailleurs indiqué «qu'une première plainte déposée pour des faits de viol a été classée sans suite le 6 avril 2012 du fait de la carence de la plaignante» et qu'une «deuxième plainte déposée par la même plaignante pour les mêmes faits a été classée sans suite le 5 décembre 2017, après une enquête préliminaire, faute d'infraction suffisamment caractérisée». 

Selon Mediapart, deux femmes, dont le journal a recueilli les témoignages, accusent Damien Abad de viol en 2010 et 2011. Dans un article publié le 21 mai, le site d'information Mediapart écrit par ailleurs que Damien Abad «a été nommé ministre des Solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM [La République en marche] et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique».

Ce signalement aurait eu lieu avant sa nomination en tant que ministre selon Mediapart.

Elisabeth Borne affirme avoir découvert samedi les accusations de viols visant Damnien Abad dans Mediapart

Le Premier ministre Elisabeth Borne a déclaré ce 22 mai avoir découvert la veille, à la lecture de l'article, les accusations par deux femmes de viols présumés datant de 2010 et 2011 visant le nouveau ministre des Solidarités, transfuge du parti Les Républicains (LR).

«Moi j’ai découvert l’article de Mediapart hier, je n’ai pas plus d’éléments que le fait que l’affaire a été classée sans suite. Je peux vous assurer que s’il y a de nouveaux éléments, si la justice est à nouveau saisie, on tirera toutes les conséquences de cette décision», a déclaré le chef du gouvernement aux médias en marge d'un déplacement à Thury-Harcourt (Calvados) pour la campagne des législatives de juin.

Elisabeth Borne a affirmé qu'il ne pouvait y avoir «aucune impunité» concernant les violences sexuelles.

«Bien évidemment je n’étais pas au courant. Je vais être très claire : sur tous ces sujets de harcèlement, d’agression sexuelle, il ne peut y avoir aucune impunité et il faut continuer à agir pour que les femmes qui peuvent être victimes d’agression, de harcèlement, puissent libérer leur parole, qu’elles soient bien accueillies pour déposer plainte», a-t-elle assuré.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix