L'Assemblée nationale française votera le 4 février une résolution pour accorder l'asile à Assange

Manifestation à Paris pour Julian Assange© Michel Euler Source: AP
Manifestation en soutien à Julian Assange, à Paris, le lundi 7 septembre 2020.
Suivez RT France surTelegram

Portée par une soixantaine de députés de tous les partis, la proposition de résolution pour accorder l'asile à Julian Assange sera examinée le 4 février et soumise au vote à l'Assemblée nationale.

La proposition de résolution pour accorder l'asile à Julian Assange lancée fin octobre est désormais soutenue par une soixantaine de députés français, toutes familles politiques confondues. 

Il n'est ni plus ni moins qu'un prisonnier politique

Porté par Cédric Villani, Jean Lassalle, François Ruffin et Jennifer de Temmerman qui ont animé conjointement une conférence de presse le 1er février pour l'annoncer, le projet de résolution sera examiné le 4 février au soir à l’Assemblée nationale et soumis au vote de l'Hémicycle par le groupe Libertés et Territoires à l'issue des débats. «Il n'est ni plus ni moins qu'un prisonnier politique», a déclaré Cédric Villani fortement mobilisé pour la défense du journaliste fondateur de Wikileaks. 

«La France est grande quand, dans l'ordre mondial, elle sait dire non»

«Quelle sera notre crédibilité de grande nation démocratique [...] si nous ne parvenons pas à reconnaître sur ce cas emblématique qu'il y a une situation qu'il faut surmonter d'urgence», a ajouté le député. Plutôt optimiste sur le vote de l'adoption de la proposition de résolution lors du vote, Jennifer de Temmerman estime que ce texte s'inscrit dans la continuité des travaux de la majorité sur la protection des lanceurs d’alerte approuvée le 1er février. «Donc je ne vois pas pourquoi ils [la majorité] refuseraient le 4 février de faire un premier exemple avec Assange de ce qu'ils ont approuvé aujourd'hui», a estimé la députée. 

Pour sa part, François Ruffin a notamment exprimé des motivations «patriotiques» au fait d'accorder l'asile à Julian Assange car, comme il le rappelle, Wikileaks a révélé la manière dont «l'Etat français, jusqu'à son chef a été espionné par son allié américain». Julian Assange a donc permis de révéler que «Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande avaient été espionnés par les Américains, ça n'est pas rien. Ne serait-ce que par orgueil, nous devons accueillir Julian Assange.» «Moi je pense que la France est grande quand, dans l'ordre mondial, elle sait dire non», a ajouté François Ruffin.

Sous François Hollande, la France avait refusé l'asile demandé par Julian Assange lui-même en 2015 au motif qu'il y avait des poursuites pour viol à son encontre en Suède, abandonnées depuis, faute d'éléments probants. En février 2020, alors qu'il était son avocat, Eric Dupond-Moretti avait annoncé solliciter auprès d'Emmanuel Macron l'asile pour le journaliste emprisonné mais cette initiative est restée lettre morte, depuis que l'avocat a été nommé ministre de la Justice en juillet de la même année.

Le fondateur de Wikileaks est détenu dans la prison de haute sécurité de Belmarsh à Londres depuis le 11 avril 2019. Le 10 décembre, à la suite d'un appel des Etats-Unis, la Haute Cour de Londres a annulé le refus d'extradition de Julian Assange prononcé 11 mois plus tôt par une juridiction inférieure. Assange va désormais déposer un recours devant la cour Suprême du Royaume Uni pour lutter contre cette extradition. Il est poursuivi par les Etats-Unis pour avoir publié, à partir de 2010, des centaines de milliers documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines, en particulier en Irak et en Afghanistan, dont des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité. S'il est extradé aux Etats-Unis, ce journaliste multi-primé risque une condamnation à 175 ans de prison.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix