«T'es mort»: un juriste de Roubaix déclare être menacé après son passage dans Zone interdite (VIDEO)

Capture d'écran d'un tweet de l'émission Zone interdite montrant un extrait du témoignage d'Amine Elbahi (image d'illustration).© Capture d'écran Twitter/@ZoneInterdite
Vidéo
Capture d'écran d'un tweet de l'émission Zone interdite montrant un extrait du témoignage d'Amine Elbahi (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Militant associatif originaire de Roubaix, Amine Elbahi a participé au dernier épisode de Zone interdite consacré aux dangers de l'islam radical en France. Il explique avoir reçu plusieurs menaces de mort après son témoignage à visage découvert.

Au lendemain de son témoignage dans un épisode de Zone interdite sur les dangers de l'islam radical en France, le juriste en Droit public Amine Elbahi, militant associatif à Roubaix (Nord), a expliqué le 24 janvier, lors d'interventions à l'antenne de BFMTV et de C8, qu'il avait reçu des menaces de mort visant sa personne. 

On me menace de décapitation, d'égorgement, on me menace parce que j'ai tenu un discours de vérité à visage découvert

«Je viens d'être menacé de mort sur ma boîte vocale, mon numéro de téléphone a circulé sur les réseaux [où] plusieurs appels au meurtre ont été diffusés [...]. On me menace de décapitation, d'égorgement, on me menace parce que j'ai tenu un discours de vérité à visage découvert», a notamment déclaré sur la chaîne d'informations en continu BFM TV celui qui dénonce l'expansion de l'islam politique dans sa ville. 

Plus tard dans la journée, c'est dans l'émission TPMP que le même juriste a fait écouter publiquement une des menaces de mort qu'il explique avoir reçues à la suite de sa participation au documentaire de M6.

«Toi t'es mort, je vais t'égorger», entend-on notamment dans un message vocal présenté depuis son téléphone par Amine Elbahi.

Fait notable, outre son apparition dans le dernier épisode de Zone interdite, ce militant associatif dont une sœur est actuellement détenue en Syrie, est l'homme qui, en octobre 2020, avait alerté la préfecture du Nord sur une association roubaisienne qu'il accusait de dispenser des «cours coraniques». Il avait également écrit au maire de sa ville, Guillaume Delbar, mettant en avant que «plusieurs indices permettent de comprendre que cette association ne respecte pas les valeurs républicaines et le principe de laïcité».

Cet édile Divers droite, aujourd'hui poursuivi pour «détournement de fonds publics par négligence» pour la subvention de cette association accusée de prosélytisme islamique, a admis le 24 janvier avoir pu se tromper en lui accordant son soutien. Guillaume Delbar doit comparaître le 1er février à Lille.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix