Pour Clément Beaune, les manifestants contre le pass sanitaire sont une «minorité» anti-progrès

Pour Clément Beaune, les manifestants contre le pass sanitaire sont une «minorité» anti-progrès© Benoit Tessier Source: Reuters
Vidéo
Clément Beaune à Paris le 3 décembre 2020 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes a réagi aux manifestations contre l'extension du pass sanitaire annoncée par Emmanuel Macron. Il a évoqué une «toute petite minorité» qui «ne croit pas au progrès».

Présent sur l'antenne de Franceinfo le 15 juillet, Clément Beaune, le secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes, a commenté les manifestations contre le pass sanitaire qui se sont tenues le 14 juillet et ont rassemblé plusieurs milliers de personnes.

Il a fustigé «une toute petite minorité qui se livre à la violence, qui est anti-vaccin, qui ne croit pas au progrès, ne croit pas à la raison, qui ne croit pas au débat éclairé».

«On peut avoir des désaccords, on peut avoir des débats sur le pass sanitaire sur la question du vaccin, on peut avoir des interrogations, il peut y avoir de la fatigue et de la colère. Il ne peut pas y avoir de la violence et on ne peut pas dire, pardon, n'importe quoi», a-t-il ajouté, précisant : «J'ai entendu des gens expliquer qu'on était en dictature. Les mots ont un sens dans le débat public. La violence n'est pas justifiée. L'outrance et l'excès non plus. J'aimerais qu'il y ait beaucoup de dictatures comme la France dans le monde.»

Le 14 juillet, en réaction aux annonces d'Emmanuel Macron sur l'extension du pass sanitaire et le recours massif à la vaccination, des milliers de personnes ont manifesté leur colère. Ils étaient 17 000 dans tout l'Hexagone, selon le ministère de l'Intérieur. Des cortèges se sont tenus à Paris, Toulouse, Lyon, Annecy ou encore Lille.

Certains manifestants reprochaient à Emmanuel Macron et à son gouvernement d'avoir rebroussé chemin concernant la vaccination obligatoire. Car si celle-ci n'est effectivement toujours pas obligatoire, les restrictions à venir pour ceux qui n'ont pas reçu la double injection ressemblent bien à une obligation vaccinale déguisée, ou du moins à un «petit coup de pression» pour franchir le pas, selon les termes utilisés le 13 juillet sur RTL par le chef des députés LREM, Christophe Castaner.

Clément Beaune avait lui-même déclaré le 12 mai dernier qu'il n'y aurait «pas de pass sanitaire au quotidien, pour les cafés ou les restaurants, en France». «Ce serait excessif, nous ne voulons pas d’une société à deux vitesses», ajoutait-il sur France 2, reprenant alors l'un des arguments avancés par les opposants à la mesure.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»