Un youtubeur bientôt au tribunal pour avoir diffusé une vidéo de fausse violence policière

Un youtubeur bientôt au tribunal pour avoir diffusé une vidéo de fausse violence policière© DENIS CHARLET Source: AFP
Un gendarme et une fonctionnaire de police surveillent les côtes près de Calais alors que des migrants tentent la traversée de la Manche vers le Royaume-Uni, janvier 2020 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Se mettre en scène dans une vidéo en victime de fausse violence policière dans une zone gendarmerie : la fausse bonne idée qui va prochainement envoyer un youtubeur et ses acolytes au tribunal.

La gendarmerie de l'Oise a publié sur son compte Facebook une triste histoire de fausse bavure policière ce 26 janvier : à Senlis (Oise), un jeune youtubeur (Marlon7710) avait posté sur Snapchat une vidéo le présentant comme victime de violence policière... Une vidéo qui n'a pas trompé les autorités puisque la scène se déroulait en zone gendarmerie.

On y voyait le vidéaste aux prises avec de faux policiers (les costumes étaient loués et les armes factices) : lui à terre pendant que trois fonctionnaires d'opérette le passaient prétendument à tabac avec des matraques au pied d'un immeuble, tandis que des appels au secours retentissaient... Les riverains ont prévenu les autorités qui n'ont pas trouvé trace d'une altercation sur zone.

Mais les auteurs de la petite blague ont été identifiés. Ils ont dû répondre de leurs agissements dans le cadre d'une enquête, et seront bientôt convoqués au tribunal, selon la gendarmerie nationale.

La gendarmerie de l'Oise relate la situation en ces termes : «La palme du mauvais goût. Le 5 décembre, un jeune majeur met en ligne une vidéo de violences policières. La vidéo est rapidement partagée près de 100 000 fois. Tout y est : la victime qui crie, des coups de matraques qui pleuvent, les badauds qui demandent de lâcher l'individu au sol... Le problème : tout est faux. Les investigations montrent rapidement qu'il s'agit d'une mise en scène. La "victime" est un youtubeur en mal de popularité qui voulait créer le buzz avec ses amis. Les auteurs reconnaissent les faits, les uniformes ont été loués et les armes sont factices. Les acteurs de ce mauvais film seront jugés prochainement.»

Cette affaire somme toute modeste intervient alors que la question de l'image reste centrale dans la réflexion sur la police du futur dans le cadre du Beauvau de la sécurité, et après l'intense polémique autour de l'article 24 de la PPL Sécurité globale à l'automne 2020, qui pénalisait la diffusion d'images malveillantes à l'égard des forces de sécurité.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»