Six mois de prison ferme pour un migrant soudanais qui avait mordu un policier lors de son procès

Six mois de prison ferme pour un migrant soudanais qui avait mordu un policier lors de son procès© Martin Bureau Source: AFP
Cliché pris à Paris le 12 décembre 2020 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Un Soudanais, qui avait mordu un policier à la jambe au cours de son procès à Nantes en août 2020, a été condamné à dix mois de prison, dont six ferme. Il est interdit de paraître en Loire-Atlantique et devra verser des indemnités.

«Je voulais dire que la peine, c’était trop.» C'est ainsi qu'a tenté de se justifier un jeune Soudanais de 22 ans, demandeur d'asile arrivé en France en 2018, devant une juge du tribunal de Nantes, le 7 janvier 2021, raconte Ouest-France.

Déjà condamné à huit mois de prison en août 2020 pour outrage et violence sur personne dépositaire de l'autorité publique, il n'avait pas hésité à mordre un policier au mollet à l'annonce du verdict et à porter un coup à une fonctionnaire de police, lui «ouvrant le bras gauche», d'après France 3.

Un homme «incontrôlable», selon le ministère public

Cette fois plus calme au tribunal de Nantes, toujours selon le quotidien régional, l'homme a expliqué ne pas reconnaître la totalité des faits. Il a cependant admis avoir mordu le fonctionnaire de police, mais ne pas avoir ouvert le bras de sa collègue. «Je voulais dire que la peine, c’était trop», a-t-il lâché en direction de son avocat qui lui demandait la raison de ce coup de folie.

L'homme a finalement été condamné à dix mois de prison, dont quatre mois avec sursis probatoire, rapporte Ouest-France. Il ne pourra par ailleurs plus paraître en Loire-Atlantique et devra indemniser les fonctionnaires des forces de l'ordre agressés.

Lors de l'audience du 7 janvier, le ministère public a estimé que le Soudanais était devenu «incontrôlable». «Je n’avais jamais vu une scène aussi violente dans cette enceinte. Toutes les personnes présentes ont été pétrifiées», a de son côté fait valoir l'avocate des parties civiles, toujours citée par nos confrères de la presse régionale.

Déjà condamné deux fois par le passé pour des violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique, ce Soudanais avait été contrôlé à Nantes le 20 août 2020 alors qu'il refusait de porter un masque, pourtant obligatoire en cette période de pandémie de Covid-19. Il avait alors outragé et agressé les policiers venus l'interpeller.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix